AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Come Josephine in My flying Machine {R}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Come Josephine in My flying Machine {R}   Lun 31 Aoû - 0:22





I'm not the one you see


    Le livre frappa brutalement la table faisant lever la tête de tous les élèves présents. Velislava entendit un soupire bruyant et exaspéré de la bibliothécaire. Il est vrai que cela faisait plus de deux heures que la jeune femme tournait tel un fauve en cage, dans la bibliothèque de Poudlard, ramenant a chaque fois des ouvrages de plus sur sa table déjà encombrée. Dans quelques minutes on ne la verrait plus tellement la pile des livres s’élevait haut. Dans quelques heures il se pourrait qu’elle meurt même étouffée sous la tonne de paperasse.

    Excusez-moi !Je ferrai plus attention la prochaine fois !

    Velislava commence a sourire avant de baisser la tête et de repartir dans sa lecture effrénée. Apres plusieurs minutes de lecture silencieuse, elle leva la tête des étoiles dans les yeux, elle se dépêcha de prendre un parchemin, de tremper sa plume dans l’encre et commença a rédiger ses notes. Pour un œil extérieur, elles étaient parfaitement incompréhensible. La jeune professeur aurait elle aussi du mal a relire cette langue mélangeant anglais, français et russe ; sans oublier les nombreux petits schéma qui parcouraient toute la feuille.
    Elle était venue dans la bibliothèque pour deux raisons ;mais elle ne pouvait en avouer qu’une. Toutes ces allées et venues avaient un but précis, découvrir une potion oubliée depuis très longtemps. Chaque ingrédient devaient être obtenue par une suite d’étapes plus compliquées les unes que les autres. Elle n’avait, en tout se temps, trouvé qu’une seule étape a un ingrédient…Trouver cette fichue potion allait lui prendre toute l’année. Mais elle en valait l’effort. De plus, toute ses recherches passaient parfaitement dans le cadre scolaire et pédagogique de ses élèves de dernières années.
    La jeune femme posa rageusement sa plume sur le parchemin, rajoutant quelques taches d’encres au fouillis déjà impossible. Velislava s’enfonça dans le fauteuil en soupirant.

    Patience…Sainte Patience…Donnes moi la force de finir tout ca.

    Le pire dans l’histoire était le rangement qu’elle allait devoir effectuer. La jeune femme cambra le dos et s’étira avec douceur et sensualité avant de placer ses deux mains derrière sa tête, de fermer le yeux et de partir dans ses pensées pour se reposer l’esprit et les yeux.
    La rentrée avait eut lieu il y a peut, et l’énergie et l’enthousiasme général d’une nouvelle année était encore palpable. Velislava avait pris un immense plaisir a retrouver sa salle de potion qu’elle chouchoutait depuis trois ans. Son bureau, quoiqu’un peu poussiéreux, était toujours son antre un peu sombre mais familière. Peu de monde s’y aventurait, mais elle n’allait s’en plaindre.
    La jeune femme russe regardait, comme chaque année, un petit sourire moqueur aux lèvre, toutes les étudiantes s’emmitoufler dans de gros lainages, clamant haut et fort que ce temps était glacial, alors qu’elle se promenait avec plaisir en débardeur et jupe le dimanche. Des qu’elle le pouvait, elle partait dans le parc et tenait une petite réunion philosophique sur la magie avec les élèves qui le désiraient. C’étaient une manière sûre, efficace et simple de faire un premier tris des esprits trop faibles pour entrer dans la magie noire. Elle avait déjà plusieurs noms qui l’intéressaient en tête, mais elle ne voulait absolument pas précipiter ses intentions.
    Ce matin, en s’éveillant, la toute première chose qu’entendis Velislava fut la pluie battante d’Angleterre tambouriner sur sa fenêtre. Un sourire amusé avait alors pris place sur son visage.

    Bon jour pour rechercher ce que tu veux Veli !

    En pensant magie noire, elle pensa immédiatement a son collègue, et prédateur, Carter. Elle ne l’avait que très rapidement vu depuis la rentrée, et elle n’avait absolument pas eu l’occasion de lui parler. Toutefois, ses regards froids et emplis de doute ne lui avaient échappés. Elle savait qu’il savait qu’elle était bien plus qu’un innocente petite professeur de potion. La jeune femme avait bien évidemment, une fois de plus, tentée de lire l’esprit de celui-ci, mais il était toujours fermé, ce qui eut le don de la mettre dans une rage folle pour le reste de la journée.
    Elle n’avait pour l’instant trouvé qu’un défaut a ce professeur ;les femmes. Et elle allait en profiter.
    La demoiselle ouvrit les yeux pour tomber nez a nez avec Carter.

    A Carter !J’étais justement entrain de penser a toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mar 1 Sep - 0:05

    &


    La pluie redoubla de plus belle et Carter sonda un instant les élèves de seconde année qui regardaient tous à travers les fenêtres de sa classe. C'était une chose qui ne changeait pas à travers le temps, dès qu'il s'agissait de la pluie, tout les regards était tourné vers les fenêtre regardant la pluie tomber d'un air las et triste. C'était la fin du cours et tout les élèves semblaient peu décidés à terminer leur activité après quelques minutes où le professeur observait les élèves il fini par lâcher un soupire annonçant qu'ils reprendraient au prochain cours et qu'ils pouvaient tous sortirent. Les élèves levèrent alors tous leur nez vers lui et ils ne se firent pas prier. Il commencèrent à ranger leur affaires pendant que le professeur s'appuyer contre le bureau saluant tout les élèves qui partaient un part un ou part petit groupe de trois ou quatre de la salle.

    « Miss O’Brian, veuillez rester un instant.
    - Oui professeur ? demanda la jeune fille la gorge légèrement nouée alors que Carter lui tendit des feuilles avec un sourire.
    - Le devoir que vous aviez effectué pendant les vacances que vous m’aviez remis. C’est très encourageant et si vous avez besoin d’aide, vous savez où me trouver. »

    La jeune fille ne put s’empêcher d’adresse un large sourire avant d’hocher la tête et de filer laissant Carter à ses pensées. Le professeur de défense contre les force du mal débuter sa seconde années à Poudlard en tant qu'enseignant et il commençait réellement à y prendre goût. Il restait cependant un homme d'action préférant mettre en place des activités pratiques que théoriques. La théorie 'était pour éviter d'avoir affaire à des erreurs de la part de ses élèves. Une fois seul, il sortit sa baguette afin d'arranger la salle avant de quitter celle-ci. Il n'avait pas cours avant l'après-midi à présent, il avait quelques recherches à faire à la bibliothèque et se dirigea donc vers celle-ci. Poudlard avait toujours était pour lui une seconde maison, il avait toujours aimer se balader dans les couloir qui pulluler d'histoire et de légendes. De nombreux sorciers avaient parcouru ces couloirs, bon comme mauvais. En cette nouvelle année Carter devait redoubler de prudence et veiller sur la jeune Aileen avec attention, il avait un mauvais pressentiment concernant la situation. De plus, il avait en fin d'année dernière il avait découvert quelque chose sur une de ses collègues de travaille qui entamait sa troisième année à Poudlard. Même si il exerçait dans la prestigieuse école de sorcellerie, Carter resté avant tout un auror, il avait passé tout son été en mission et était revenu avec quelques blessures superficielles et du résultat. Comme quoi il ne s'était pas adouci durant l’année scolaire, ni perdu la main. Ainsi, les doutes qu'il avait concernant sa collègue ne s'étaient pas dissipé, persuadé que derrière le masque d'innocence de la jeune femme se cacher quelque chose d'autre. Il arriva à la bibliothèque et s’approcha du bureau,

    « Bonjour Professeur Avery, chuchota son interlocuteur. Puis-je vous donner un renseignement ?
    - Juste vous demander la permission d’emprunter deux ouvrages de la réserve interdite.
    - Bien entendu, assurez-vous qu’ils ne tombent pas entre les mains d’élèves. »

    Carter hocha la tête avant de finalement se diriger vers la réserve quand la voix de Velislava, devant qui il allait passer sans s’en rendre compte l’interpella,

    « A Carter ! J’étais justement entrain de penser a toi !
    - A moi ? Que me vaut ce saint honneur ? Répondit froidement le concerné en se tournant vers la jeune femme. Quelque chose te tracasse ? »

    Il avait posé cette dernière question de façon moins cassante s’approchant de la table où s’était installé le professeur de potion. Son regard glissa doucement sur les différentes couvertures des ouvrages éparpillés. Il n’était pas le seul se noyer dans les ouvrages lors de recherches et il leva un sourcil révélant une cicatrice toute fraiche à son arcade sourcilière. Son regard ensuite glissa de nouveau sur son interlocutrice attendant une réponse de sa part. A chaque fois qu’il la regardait il ne pouvait pas s’empêcher de l’analyser sous toutes les coutures. Sa collègue était réellement une belle femme et il savait aussi à quel point les belles femmes étaient une de ses faiblesses. L’année précédente il avait d’abord eut des rapports amicaux, mais quelques comportement ou idées rapporter par certains élèves l’avait mis un doute sur elle. C’était une très mauvaise habitude chez lui que dès qu’un doute l’habitait il se devait de découvrir qui était réellement la jeune femme. Ces recherches l’avait mis sur la voie des mages noirs les plus recherchés, cependant il semblait ne pas avoir de preuve de ses crimes et la dénoncée sans preuve à Poudlard n’était pas une bonne idée. De plus, mis à part lui, elle avait plutôt une bonne entente avec les membres du corps enseignant. Une chose était sûr c’était que la jeune femme savait pertinemment qu’il était auror, justifiant un léger rapprochement en fin d’année lorsque le professeur s’était montré cassant, froid et ne s’était pas retenu de lui lancé des conseils et avertissements qui n’étaient d’autre que des menaces. Il se devait cependant être prudent et surtout comprendre pourquoi elle était à Poudlard, dans quel but. En plus de jouer les protecteurs, il devenait enquêteur. Il se demandait parfois pourquoi il décidait toujours de se trouver dans des situations difficiles et délicates à manier avec précaution… Surement parce qu’il les cherchaient aussi.


Dernière édition par Carter J. Avery le Dim 18 Oct - 4:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mar 1 Sep - 8:13


    Velislava sourit légèrement dans le vide avant de s’étirer a nouveau ;ses nuits étaient beaucoup trop courtes a son gout en ce moment. Elle ne rêvait que de pouvoir s’étendre sur son lit, fermer les yeux et dormir comme une souche ;sans avoir a craindre quoi que ce soit.
    Son père, il y a bien longtemps de cela, lui avait enseignait qu’il fallait toujours se méfier de s’endormir avec la peur au ventre. C’était une porte grande ouverte qui appelait sans cesse ses ennemies a venir lire en nous comme dans un livre ouvert ;et il n’y avait rien de plus dangereux que ca lorsque l’on avait un secret aussi lourd a garder.

    Ferme toujours ton esprit Veli, ne laisse jamais personne voir que tu as peur ou sinon, je peux te garantir ta perte et ta mort prochaines. Méfie toi de tes amis et préserve toi de tes ennemies. Ne te confie jamais a personne, et vide souvent ton esprit de ses souvenirs. Enferme les dans des fioles, et range les, enferme les que personne ne les trouve…(Elle avait caché les siennes dans son bureau).Si jamais tu dois te retrouver en présence d’un auror ma fille, enfuie toi, ou affronte le. Il te sera impossible de te cacher très longtemps.

    Et pourtant, cela faisait un an qu’elle se cachait, mais elle savait qu’il avait des doutes. C’était désormais a elle de les lui enlever.
    La jeune femme se redressa de son fauteuil et se pencha sur la table, attrapant un livre au hasard avant de le fermer avec douceur et de caresser la couverture du bout de ses doigts. Une fois cela fait, elle redressa de nouveau le regard et observa son collègue d’un manière très loin de la discrétion, un léger sourire appréciateur aux bouts de ses lèvres. Il était grand, où tout du moins elle le trouvait grand comparé a sa petite taille a elle. La plupart des élèves féminin des dernières années la dépassaient de trois ou quatre centimètre, mais elle n’en avait que faire. Les cheveux châtains clairs de Carter semblaient rebelles et indomptables, mais ce qui attirait le plus le regard chez lui était ses yeux ;deux grands yeux bleus superbes. Velislava remarqua qu’une cicatrice, probablement toute neuve, avait pris place sur son arcade sourcilière. La jeune femme leva délicatement un sourcil, son auror préféré devait être parti en mission pendant les vacances ;et un de ses amis mage noire devait lui avoir laissé un petit souvenir avant de mourir.
    La jeune femme descendit son regard brulant sur le torse de son interlocuteur avant de venir le replacer dans le regard de Carter. En définitive, Carter était loin d’être d’une beauté classique ;mais D.ieu qu’il pouvait attirer la jeune Velislava. Mais peut être était-ce aussi un peu a cause de la sensation d’interdit et de danger.

    A moi ? Que me vaut ce saint honneur ? Quelque chose te tracasse ?

    Il avait répondu très sèchement et froidement a la demoiselle ;même si sa deuxième question avait été moins cassante. La demoiselle leva les yeux au ciel avant de se renfoncer dans son fauteuil et de placer chacun de ses bras sur les accoudoirs. Elle fixa de nouveau Carter dans les yeux, une petite lueur de désappointement et de reproche brillant en eux.
    Ses craintes étaient plus que confirmer. C’était la première fois qu’ils se parlaient depuis plus de deux mois, et les premiers mots qu’il lui réservaient étaient a la limite du blessant. Il avait toujours des doutes sur elle, d’énormes doutes. Toutefois, si elle était toujours la a Poudlard, c’est qu’il n’avait toujours pas trouver de preuves l’accablants de magie noire.
    Voyant que le professeur de défense contre les forces du mal levait un sourcil, soulignant encore plus sa blessure, attendant une réponse de la part de la jeune femme.
    Velislava se mit a doucement sourire et se repencha, avec le plus de délicatesse et de sensualité possible, avant de poser doucement sa tête sur sa main, toujours en fixant Carter.

    J’étais en train de me dire que te gentillesse et ta dévotion envers moi me manquaient. Et j’ai été servie par ta réponse o combien remplie de passion et de chaleur. Elle afficha un petit sourire moqueur. Je vois que je n’ai pas du te manquer énormément pendant ces vacances…Mais j’estimais qu’il serait…polie de te saluer ! Et non, rien ne me tracasse. Mais c’est fort aimable de ta part de t’inquiéter ainsi de ma pauvre santé. Elle passa ensuite au français. Alors que tu continue de douter de moi. Elle repassa a l’anglais et indiqua avec douceur le sourcil de Carter. Tu t’es fais mal ?

    La pluie battait toujours la fenêtre toute proche. Le vent hurlait dans les arbres de la foret interdite. Un éclair zébra le ciel, le tonnerre ne devrait pas tarder. Velislava laissa son esprit s’égarer quelques instants. Elle pensait a la guerre, la guerre qui faisait rage entre la France et la Prussie. Combien de sorcier allait être tués dans ce massacre stupide et sans raison moldu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mar 1 Sep - 10:40

    On lui avait répété sans cesse que les apparences étaient trompeuses. Le professeur de défense contre les forces du mal le savait que trop bien et pourtant l’idée que Velislava soit un mage noir l’avait légèrement troublé ce qui fait que ce n’était que des doutes au départ. C’était une belle femme, pétillante et sociable, qui semblait s’entendre avec tout le monde, professeur de potion et directrice des serpentards. C’était ainsi que la lui avait présenté, peu sociable, il était souvent plus facile à apprivoiser lorsque c’était une femme et il s’était bien entendu avec elle. Cependant, au cours de l’année il avait noté quelques comportements étranges et des observations rapporter par des élèves qui avait levé un doute en lui. Carter sentit que le regard de la jeune femme l'analyser, sa réponse assez froide l'avait assez contrariée et elle s'était remise contre le dossier de sa chaise les deux bras sur chaque accoudoir. Bien entendu il nota la lueur de reproche dans les yeux azur de la jeune femme et il ne put s'empêcher de rouler discrètement des yeux alors qu'il tourner la tête suite à un bruit venant d'une autre table. Il laissa un léger sourire amusé se dessiner sur ses lèvres. Le temps qu'il avait passé dans la bibliothèque avec Dominic, le nombre de bêtise aussi qui leur ont valu d'être jeté dehors. Ils s'étaient amusé plusieurs fois à essayer d'attraper un livre dans la réserve, mais aussi à faire tombé des dizaines de livres d'une étagères et les réinstaller aussitôt dans un boucan infernale. Oui, le professeur Carter n'avait pas toujours était sage et responsable à Poudlard, ces deux dernières années il était aussi parfois insolent envers ses professeurs pendant les cours alors que hors des cours il n'était pas sans arrêt à mettre le chaos partout où il passait. Lors du premier avril, tout le monde qui le croisait s'en souvenait plus ou moins. Enfin, c'était des jours où il se lâchait un peu de la pression, en particulier en vacances puisqu’ils les passaient quasiment toutes à Poudlard. Il sortit de ses pensés quand Velislava se pencher de nouveau s'appuyant sur sa main. Mouvement sensuel que le professeur de défense contre les forces du mal suivit du regard avec un certain intérêt,

    « J’étais en train de me dire que te gentillesse et ta dévotion envers moi me manquaient. Et j’ai été servie par ta réponse o combien remplie de passion et de chaleur.
    - A ton service, répartit Carter alors qu'un sourire moqueur se dessinait sur les lèvres de la jeune femme.
    - Je vois que je n’ai pas du te manquer énormément pendant ces vacances…Mais j’estimais qu’il serait…polie de te saluer ! Et non, rien ne me tracasse. Mais c’est fort aimable de ta part de t’inquiéter ainsi de ma pauvre santé. Elle passa ensuite en français ce qui surpris Carter qu'à moitié. Alors que tu continues de douter de moi.
    - Donne moi une raison de ne pas douter de toi. Répondit le professeur en français alors qu'il s'installait en face de Velislava. Celle-ci indiqua son arcade sourcilière.
    - Tu t’es fais mal ? »

    Carter lui lança un regard noir, il n’aimait pas vraiment qu’on lui fasse ce genre de remarque. Souvent il y avait ce petit côté ironique qui était suivit de remarques toute aussi ironiques. Mais après tout charge à revanche, il avait été froid avec elle. Il repensa à ses vacances, il venait à peine de quitter Poudlard que le ministère de la magie le contacta pour repartir sur le terrain. Il n’allait pas refuser, une mise en jambe n’allait pas lui faire du mal, partit à la rechercher d’un mage noir il n’avait pas pu voir son père avant le début du mois d’août. Il était revenu fatigué, mais ayant réalisé sa mission et ramené quelques mage noire dans les geôle d’Azkaban. Son père lui avait proposé de passer le reste de l’été au manoir, mais il devait passer voir les Saint-Clair et le ministère de la magie le recontacta une semaine plus tard pour l’envoyer de nouveau en chasse. Cette fois-ci ils étaient tombés dans un traquenard, il s’en était sortit qu’avec cette cicatrice à l’arcade sourcilière et des bleus lors d’un duel, un de ses collègues avait de sérieuses séquelles suite à une séance de torture. Le troisième, n’était pas revenu et deux mages leur avaient glissé entre les doigts. Le ministre n’avait pas hésité à faire une remarque sur l’échec de la mission et Carter avait défendu ses collègues faisant remarquer que à trois contre cinq ils devaient se satisfaire de la capture de trois des mages noirs. Suite à cela Carter devait se préparer pour la rentrée alors que le ministère envoyer un groupe plus important d’auror pour traquer les deux fuyards. A l’extérieur le ciel tonnait, menaçant alors que la pluie redoublait de nouveau frappant les baies vitrées de la bibliothèque. Le professeur posa ses deux mains sur la table avant de finalement ouvrir la bouche,

    « Ce n’est rien. Il lui adressa un léger sourire en coin. Un souvenir de la part d’un ami qui s’est payé un séjour à Azkaban. »

    Bien entendu cette remarque était aussi un sous-entendu, Carter avait la fâcheuse à réagir ainsi et en particulier envers Velislava. Celle-ci d’ailleurs avait réussit à le faire changer de sujet, oubliant sa remarque concernant ses doutes. Oui, il doutait d’elle, mais elle n’avait pas réellement agit de façon à les lui retirer, plutôt à les affirmer plus ou moins maladroitement. C’était cependant assez rare, il n’avait pas de preuve contre elle et sa parole pesait aussi forte que la sienne au sein du corps enseignant, elle part son ancienneté et fidélité et lui par son poste d’auror et sa relation de confiance avec le directeur. Il tapota un instant la table avec ses doigts regardant Velislava. Il était vrai que la jeune femme lui tournait parfois la tête, mais il avait aussi confiance en ses intuitions de plus il avait déjà faillit y passer à cause d’une femme. Son regard glissa un instant sur les différentes couvertures et reliures des livres qui se trouvaient sur la table. Il leva donc de nouveau ses yeux vers ceux de Velislava et lui adressa un sourire charmeur un peu malgré lui,

    « Tu fais des recherches pour une potion particulière ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mar 1 Sep - 13:42


    Velislava croisa doucement ses jambes et continua de fixer son regard dans celui de Carter.Elle n’exprimait aucune animosité, ni aucune lueur de défi.Elle faisait plutôt passer un sentiment de détente et de relaxation.Elle était bien loin de s’inquieter,bien loin de se faire du soucis a propos de cet auror.Sans preuve, c’était sa voix contre celle de Carter ;et les impressions pouvaient très souvent être mauvaise.
    La jeune femme vit que Carter observait doucement la bibliothèque.Cet endroit devait lui rappeler de très nombreux souvenirs de sa scolarité a Poudlard…Un peu comme a elle-même. Elle avait passé de très très nombreuses heures enfermé ici avec son compagnon de l’époque a travailler,réviser et a faire des recherches.C’est aussi dans la bibliothèque qu’elle avait aider,plus ou moins secrètement,un serpentard,d’un an son ainé en potion et en théorie et pratique de la magie noire.Le ministère était en train de très sérieusement réfléchir a supprimer cette matière ;chose qu’elle trouvait particulièrement ridicule.
    Carter était de cinq ans son ainé,mais ,très surement,contrairement a lui,elle se souvenait de cet élève. Il était très célèbres pour ses farces et pour ses humeurs.Plus d’une fois il avait mis ce lieu de repos et de sérénité sans dessus dessous avec son ami.
    Un des souvenirs les plus marquants qu’elle avait de Carter était une farce qui l’avait visé elle.C’etait le 1er avril 1854.Velislava se promenait tranquillement dans les couloirs et avait eut le malheur de croiser Carter a une intersection. Elle avait passé le reste de la journée avec les cheveux poussant a une rapidité infernale,tout comme l’avait fait ses dents.
    Trés étrangement, elle ne lui en avait jamais voulu.
    La jeune femme secoua avec grâce sa tête et fit voler ses boucles brunes qui retombèrent délicatement sur ses épaules.

    Donne moi une raison de ne pas douter de toi.

    La jeune femme sourit et intensifia son regard.Il lui avait répondu en français et s’était enfin installer en face d’elle.La jolie demoiselle,d’un rapide mouvement de bras poussa légèrement la pile de livre leur faisant obstacle et retrouva sa position initiale.Elle se rapprocha toutefois un peu plus de la table,rapprochant ainsi son visage de celui de Carter.

    Dis-moi quels sont tes doutes et je prendrais un plaisir que tu ne peux même pas imaginer a les détruire en moins d’une seconde.Elle leva un de ses fins sourcils avant de reprendre.Tu ne m’auras pas…

    Une fois cela dis,elle se recula et se mit a observer l’auror un sourire impossible a interpréter.Le jeune homme lui lança un regard noir.Elle avait donc toucher le point sensible.Il n’aimait pas que l’on parle de ses blessures,donc de ses missions.Et a voir le regard et la tête de celui-ci,la mission en question avait du être une réussite…pour les mages noirs.Carter fini par poser ses deux mains sur la table.

    Ce n’est rien.Un souvenir de la part d’un ami qui s’est payé un séjour à Azkaban.

    Mmmmmm, les sous-entendus entremêler a des menaces reprenaient,et il n’y allait pas par quatre chemin.La jeune femme pouffa doucement et agrandi son sourire avant de plonger sa main vers sa poitrine et de commencer a jouer distraitement avec un bouton de son haut.

    Tes sous entendus sont toujours aussi….subtiles…A croire,et je n’en doute pas une seconde,que tu me les réserve exclusivement.Elle fit une courte pause.Sans vouloir me meller de ce qui ne me regarde pas,tu as des amis assez étranges !

    Elle pencha légèrement la tête en avant et lança un petit regard de défi.Elle vit ensuite qu’il observait avec attention les livres qu’elle était en train de parcourir.Il releva la tête et lui lança un sourire charmeur.Velislava leva les sourcils étonnée mais lui rendit vite son sourire mi-charmeur mi-amusé

    Tu fais des recherches pour une potion particulière ?
    C’est un peu mon métier Carter….Et il faut bien que je lance un petit défi a mes élèves de septième année…Rester dans les potions du programme les ennuis autant que moi….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mer 2 Sep - 0:04

    Carter avait toujours était considéré comme une personne ni blanche ni noire. Lors de son entrée dans les rangs des aurors certains se souvenaient s'être battu contre lui à l'époque où il ne pratiquait que la magie noire au nom de la Secte, se battant d'abord contre les sorciers de l'Ordre en effectuant des filature afin de dénicher la trace de l'élue qui sera le facteur déclencheur de l'apocalypse et le règne nouveau des mages noires. Il n'avait donc pas été tout de suite le bienvenue, même si le ministère et supérieur avait accepté certains aurors était resté sur la défensive. Pourquoi pas la possibilité qu'un mage noir s'infiltre parmi eux afin de pouvoir prévenir d'attaque et des missions qu'ils auraient à réaliser en temps que auror et fonctionnaires du ministère de la magie. Devenu expert en magie rouge, Carter restera toujours marqué par son passé dans la magie noir, même si ça faisait à présent 11 ans qu'il luttait contre ceux qui la pratiquaient de manière non réglementaire et c'était plus souvent le cas. La magie noire était quelque chose qui semblait être plus facile à contrôlée, plus facile à utilisée afin d'obtenir des informations, faire pression sur des personnes, éliminer ou menacer des personnes. Oui, la magie noire offrait une faciliter que la magie blanche n'offrait pas et pour cause, elles étaient en quelque sorte complémentaire donc ne pouvaient pas avoir les même qualités. Cependant, la magie noire restait une magie obscure assez difficile à ne pas dépendre de celle-ci. Lors de duel, on pouvait voir tout de suite qu'un mage noir n'ayant exercer que la magie noire pour attaquer ou se défendre et devant utiliser la magie blanche pour décimer les doutes se verrait rapidement battu par un auror. Cela, le professeur de défense contre les forces du mal le savait pertinemment. Alors qu'il venait de s'installer en face de sa collègue celle-ci dégagea quelques livre pour qu'il puisse se voir complètement et elle se rapprocha de la table ainsi que du visage de Carter,

    « Dis-moi quels sont tes doutes et je prendrais un plaisir que tu ne peux même pas imaginer a les détruire en moins d’une seconde. Tu ne m’auras pas… »

    Le professeur ne répondit pas, étant passé sur sa blessure et sachant pertinemment que pour le moment elle marquait un point il préférait faire profil bas. Cependant, la dernière remarque fut prise comme un défi pour l'auror qui ensuite réfléchit à la situation de sa mission cet été. Il est vrai que cette fois les mages noirs avaient obtenu du résultat malgré les trois arrestation ils avaient tué un auror et rendu peu efficace un second. Le troisième, qu'était Carter, serait sur la liste noir de ceux à supprimer rapidement. Particulièrement que par le don d'occlumencie du professeur, il était assez difficile à le pister, très difficile. Depuis qu'il avait quitter la Secte il n'avait pas eut le choix que d'avoir constamment une barrière mentale rendant impossible l'accès à ses pensées, souvenirs et ses intentions. Certains, par ses capacité intuitive et réflexes pensaient qu'il avait aussi un don de legilimens, ce qui n'était pas le cas, par contre Carter savait lancer des sort mentalement ce qui pouvait aussi facilité ses missions en plus de ses qualités en magie rouge. Le professeur n'avait rien à vanter chez les autres sorciers, mais il gardait la tête froide et n'avait pas échapper à des séance de tortures ou autre petite gâteries préféré des mages noirs. Sa remarque sur Azkaban fit réagir aussitôt la jeune femme,

    « Tes sous entendus sont toujours aussi….subtiles…A croire,et je n’en doute pas une seconde, que tu me les réserve exclusivement. Sans vouloir me mêler de ce qui ne me regarde pas, tu as des amis assez étranges.
    - Hmmm j'ai crut comprendre qu'on en avait en commun, lâcha dans un demi-soupir Carter. Mais cela ne me regarde pas non plus., »

    La jeune femme lui lança un regard de défi que le professeur ne répondit pas puisque son regard avait à présent balayé les livres éparpillés sur la table. Lorsqu'il effectuait des recherches la table ressemblait aussi à cela et parfois même que les livres finissaient au sol au grand damne des bibliothécaires. Elle semblait faire des recherches sans réel but, mais curieux comme il l'était, Carter n'avait pas pu s'empêcher de s'informer sur le sujet. La jeune femme lui rendit un sourire mi charmeur et mi amusé tout en lui répondant,

    « C’est un peu mon métier Carter….Et il faut bien que je lance un petit défi a mes élèves de septième année…Rester dans les potions du programme les ennuis autant que moi….
    - Je comprend, commença le professeur qui se redressa sur sa chaise se penchant légèrement vers Velislava levant un peu le sourcil. Les programmes du ministère m'ennuient aussi... Je les trouve pas totalement approprié à ce qui attend les élèves après Poudlard. Ce qui est un tort selon moi. »

    Le professeur, dès sa première année avait un peu chamboulé les habitudes de ses anciens élèves. Chaque semaine il équilibré théorie et pratique passant de l'épouvantard à la création d'un patronus. Il tâchait de rendre les cours attractif et intéressant apprenant à ses élèves à se défendre plutôt directement que à travers des écrits théoriques. La magie permettait la réalisation d'un tel projet alors autant en profiter. Il n'avait pas quitté le regard de la jeune femme et rajouta comme pour remuer le couteau dans la plaie et relancer les hostilités,

    « Concernant mes doutes, je pense que tu les connais à moins que quelque chose t'empêche d'en être persuadée. »

    Bien entendu il faisait illusion aux différentes attempt de la jeune femme à pénétrer son esprit. Ni lui, ni elle n’avait cacher leur dons particulier, mais lorsqu’on tenter de pénétrer dans son esprit Carter pouvait le ressentir plus ou moins. Et les tentatives acharnées de Velislava avaient finis par se faire sentir. Ce qui n’avait fait que de grossir un peu plus le doute du professeur. Cependant, il savait que les legilimens lisaient par curiosité de temps en temps les pensées et seuls les occlumens pouvaient ressentir leur tentatives puisqu’elles se heurtaient à une barrière mentale plus ou moins solide. Il lui adressa un léger sourire amusé, bien sûr qu’il jouait avec le feu, mais il fallait bien qu’il la pousse doucement à l’erreur, peu importe le temps que cela allait mettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mer 2 Sep - 8:24

    {Il y a un an}
    La silhouette se releva doucement d’au dessus du cadavre.Cette fois-ci,elle n’avait pas eu besoin d’utiliser un des sortilèges impardonnables.Sa proie avait déjà été épuisée par une tentative d’escapade face a un autre mage noire.La jeune Velislava n’avait eut qu’a lancer quelques petits sorts violents et sa victime s’était effondrée,morte,sur le sol enneigée de la campagne.Bien évidemment,ce n’avait pas été un combat particulièrement glorieux,mais elle était arrivée a ses fins ;et toute fin justifie ses maoyens apres tout.
    Velislava se retourna donc et s’apprêta a transplaner.Quand elle transplanait pour une mission,elle devait toujours prendre plus de temps et faire beaucoup plus attention a ce qu’on ne puisse la pister.Elle allait donc transplaner pour Pré au Lard quand une silhouette tout d’abord floue,puis de plus en plus précise se matérialisa devant elle.

    И дерьмо !!!

    La jeune femme venait de jurer dans sa langue natale.Elle n’avait le temps de disparaître en toute sécurité avant que l’auror n’apparaisse entièrement.Elle se recula donc d’une dizaine de pas et attendit face a son ennemi,la baguette baissée,mais prete a attaquer.
    L’employée du ministère de la Magie fini par entièrement apparaître.Celle-ci regarda rapidement autours d’elle pour se faire un topo de la situation et des lieux.Velislava parti dans un grand éclat de rire.L’auror tourna rapidement la tête et la bataille commença.
    Velislava était d’humeur clémente aujourd’hui ;elle ne voulait utiliser trop la magie noire.De toute façon,elle savait qu’elle allait gagner.Alors que son adversaire lui envoyait un sort qui pouvait s’annoncer particulièrement désagréable et très dangereux pour la suite,la jeune professeur,matérialisa un bouclier et envoya un stupefix bien placé en sortilège informulé.L’auror se paralysa et tomba dans la neige.Velislava s’avança a petit pas avant de s’accroupir a coté de sa seconde victime a qui elle pris la baguette.

    Tu aurais mieux fais de ne pas venir…Maintenant tu vas devoir me cracher le morceau.Et si tu ne le fais pas très chère, je risque d’être très très très désagréable.O faite,ca te fais quoi d’être mise hors d’état de nuire par une mage noire avec un simple stupefix qu’un jeune sorcier peut lancer ?

    Plusieurs longue minute apres,l’auror avait fini par parler,et Velislava avait réussi a l’emmener,plutôt péniblement, a parler des duels.

    Un mage noire ne se sert plus que de la magie noire ;il ne sait donc plus utiliser correctement la magie blanche et la magie rouge.Et lors d’un duel a l’amical il ne voudra pas utiliser de magie afin de ne pas se faire repérer. C’est toujours ca qui le denonce.Un bon auror le remarquera toujours.Et cela lui permettra de prendre facilement le dessus.

    Velislava hocha la tete.Elle devait donc retravailler très sérieusement sa magie rouge. Le jeune professeur de défense contre les forces du mal,et accessoirement un auror,sentait déjà quelques petits choses et commençait a se méfier assez sérieusement de sa collègue.La jeune femme ne doutait pas qu’un jour ou l’autre,ils auraient a s’affronter.
    Avec un ultime coup de baguette,elle acheva la femme agonisante sur le sol et effaça toutes preuves de sa présence ici,les autorités penseront a un règlement de compte entre les deux défunts.Velislava rentra ensuite a Pré au Lard,puis a Poudlard.

    {1870 Dans la Bibliotheque.}
    Velislava ramena son regard a la réalité.Elle venait de se souvenir de l’existence de ce souvenir,désormais enfermer dans une fiole.Le conseil de l’auror avait resonné en permanence dans sa tête depuis mars de l’an dernier.Elle devait se méfier de la magie rouge,et elle devait surtout savoir la contrôler.
    Elle ramena toute son attention a Carter et recommença a le fixer un sourire insolent aux lèvres.

    Hmmm j'ai crut comprendre qu'on en avait en commun. Mais cela ne me regarde pas non plus

    La jeune femme pouffa.Son collègue avait une repartie exemplaire,et très agréable a entendre, même si tout cachait une petite menace.En tant normale,elle aurait répondu quelque chose dans le genre :Un point partout,la balle est au centre.Mais dire cela a Carter était une très mauvaise idée et serait en quelque sorte un aveux.Elle se contenta donc de lui sourire et de secouer doucement la tête amusée.

    Je comprend,Les programmes du ministère m'ennuient aussi... Je les trouve pas totalement approprié à ce qui attend les élèves après Poudlard. Ce qui est un tort selon moi.

    La,Velislava ne pouvait qu’aprouver.Le Ministère avait fait des programmes de l’education nationale,un entrainement exemplaire et très perfectionné aux examens des BUSEs et des ASPICs ;mais des que les élèves sortaient de l’école, ils étaient perdus,ne savaient que faire de leur vie,et se retrouvaient complètement desorientés dans une vie a laquelle ils n’étaient pas préparés.
    La jeune femme avait,la première année,suivit le programme a la lettre,mais ces élèves et elle même s’étaient tellement embétés,qu’elle était très rapidement passée a quelque chose de bien plus personnelle.Elle passait des heures entières a parler d’un seul ingrédient,expliquant,des étoiles dans les yeux, ses bienfaits et ses dangers,apprenant dans quelle circonstance on pouvait l’utiliser, et dans quel but.Velislava n’oubliait cependant absolument pas de leur apprendre les potions,préférant stimuler ses élèves sous forme de petits duels.Elle fonctionnait ainsi depuis deux ans,et elle avait de bons résultat.
    Elle fit un immense sourire franc a Carter,soulignant ses dires.Celui-ci n’avait pas relâcher son regard, et Velislava pu y lire très facilement qu’il n’allait pas s’arreter sur un accord.Il allait réattaquer.En définitive, il cherchait véritablement la jeune femme.Il voulait qu’elle se trahisse,et Velislava le savait.

    Concernant mes doutes, je pense que tu les connais à moins que quelque chose t'empêche d'en être persuadée.

    La,c’etait clairement une attaque directe.Il venait de lui rappeler ses échecs cuisants a la lecture des pensées de Carter.A chaque fois qu’elle essayait,elle se heurtait a une barrière mentale extrêmement solide,et bien évidemment, il le sentait.La jeune femme sourit froidement et tenta,par provocation plus qu’autre chose, une fois de plus a pénétrer dans l’esprit de son collègues.La langue curieuse que formait l’esprit de la jeune femme se heurta violemment a celle de Carter,ce qui ne fit la fit tressaillir.
    La jeune femme agrandi son sourire et se pencha un peu plus faire Carter.

    Tu penses très sérieusement que je pourrais être un mage de noire ?C’est complètement ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mer 2 Sep - 13:51

    {Flashback}

    Dans la campagne anglaise, la demeure des Avery surplombait le petit village. Le vent sifflait à travers les fenêtres de la demeure, les nuages qui recouvraient la campagne s’éloignaient doucement. Toute la matinée il avait plus sans répits sur la campagne qui doucement sortait de l'obscurité alors que l'après-midi était déjà bien entamé. Dans le salon Carter était assis sur une chaise en face de son père qui le scannait du regard. Cela faisait une semaine qu'il était rentré à la maison afin de profiter de son père et de ses connaissances. Il leva son regard azur vers son paternel qui leva un sourcil,

    « Prêt ? Son fils hocha la tête. Legilimens. »

    Son fils ferma les yeux, sa barrière mentale ne tenue pas bien longtemps et rapidement il replongea dans ses souvenirs. Ses années à Poudlard, entre ses changements de comportement, la perte de confiance envers son père et son enfermement dans la magie noire. Sa relation avec son professeur de magie noire. Puis le reste de sa vie défila avant de finalement sa découverte sur le secret des Saint Clair. Puis les membres de la Secte défilèrent sous les yeux de Carter et soudain un éclair vert sortit de sa baguette sur une victime qui tomba sur le sol. Le père de Carter apparu derrière lui,

    « Ce meurtre te travaille on dirais…
    - Arrête ! Tout ça ne te regardes pas !
    - Alors bloque moi Carter Jefferson Avery. »

    Répondit son père sans céder, Carter laissa échapper un soupire alors que ses souvenirs venaient de nouveau occupé ses pensées et soudain ce fut le trou noir. Plus rien et il sentit le sort de legilimens qui tentait de passer. Le vieux sorcier baissa alors la baguette et laissa échapper un soupire de satisfaction en hochant la tête. Le jeune homme, resta muet et pensif, il devait que ça devienne automatique, tout le temps que ce sois quelque chose de naturel et impénétrable autant que pour les legilimens que le sort pour ceux qui ne le sont pas . Son père émis un mouvement et il pointa la baguette sur son fils et se heurta de nouveau à la barrière qui cette fois ne céda pas à la pression. Il adressa un sourire à son fils alors qu'il baissait de nouveau sa baguette et Carter lui rendit un sourire. C'était la première fois qu'il parvenait à bloquer son père qui faisait une tentative muette. Le jeune homme se leva pour s'approcher d'une armoire et il sortit la bouteille de whisky avec un petit sourire amusé. Son père leva les yeux au ciel avant de s'asseoir sur le canapé. Son fils posa les deux verres devant lui et s'installa à côté de lui. Son paternel observa le verre remplit du liquide ambré pensif avant de se tourner vers Carter,

    « Il faut que tes pensées soient sans arrêt organisées, de jour comme de nuit.
    - Comment ? Je ne vais pas passer la moitié de ma nuit à ne pas dormir.
    - Je t'apprendrais. Quand tu seras occlumens, dès qu'on tentera de rentrer dans tes pensées tu te réveillera automatiquement. Commença son père. Rappel toi d'une chose Carter, quoi qu'il arrive tu devras te détacher de tes émotions surtout si il y a des proches dans les alentours. Tout signe de faiblesse est porte ouverte pour lire dans tes pensées. Il marqua une courte pause. Tu dois absolument savoir te contrôler peu importe la situation. Même sous emprise des sorts doloris et imperium, l’occlumencie permet de faire barrière contre ces sorts, mais sous une emprise trop longue tu finiras par craquer. Ne jamais rester trop longtemps sous l’emprise de ces sorts… »

    {Fin du flashback}

    La nouvelle tentative de la jeune femme se heurta à la barrière de Carter qui sortit aussitôt de ses pensées et leva un sourcil. Il n’arrivait pas à le croire, il avait tendu la perche à la jeune femme qui était tombée en plein dedans. Il leva un sourcil alors que celle-ci se penchait un peu vers lui un sourire sur le visage.

    « Tu penses très sérieusement que je pourrais être un mage de noire ? C’est complètement ridicule.
    - Si j’en crois ta nouvelle tentative de lire dans mes pensées, ça doit être une hypothèse pas complètement absurde. »

    Ridicule, absurde. La jeune femme et le professeur savaient tout les deux très bien de ce qu’ils parlaient. Velislava savait depuis le début que le professeur était un obstacle et un danger qu’elle voulait mettre rapidement dans sa poche. Lui avait plus que des doutes sur sa franchise et donc se devait d’employer tout les moyens possible que ce soit les plus tordu pour les estomper et ensuite trouver des preuves sur ce qu’il avançait. Il se pencha un peu plus vers elle avec un léger sourire amusé,

    « Mais comme tu pourrais me le faire remarquer je n’ais pas de preuve sur ce que j’avance. Donc de toute façon pour le moment mes doutes ne sont qu’entre toi et moi. »

    C’était bel et bien la réalité et Carter avait assez du mal à l’admettre, mais pas de preuve, aucune mesure ne sera prise. Bien entendu, c’était assez frustrant de ne pouvoir rien faire. La jeune femme n’était pourtant, loin, loin d’être le profil des mages noirs, pas de trace de ses meurtres passée, visage d’ange, comportement exemplaire et ouvert. Excellent professeur et amie, Carter avait pu le remarquer pendant plus de la première moitié de l’année précédente. Non, rien ne venait noircir le casier de la jeune femme. Si ce n’était son rapprochement de lui et ses tentatives de pénétrer dans ses pensées ainsi que ses réaction plus sur la défensive lorsque Carter lâché ses pics et attaques directes contre elle. C’était d’ailleurs ce qui lui permettait rapidement de dissiper ses doutes, la jeune femme malgré sa prudence et son masque ne pouvait s’empêcher de renvoyer la balle parfois en montrant qu’il touchait du doigt un sujet pointilleux. De plus, ses recherches durant les vacances l’avait sur la piste d’un mage noir ayant disparu de la circulation depuis trois ans. Malgré tout, elle s’en sortait toujours, par des remarques et un comportement qui infirmait ses doutes. Elle avait le monopole du doute et c’est justement ce qu’il comptait lui retirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mer 2 Sep - 14:39

    {Quatre ans plus tôt}
    L’homme s’approcha de Velislava qui était retenue par des cordes sur une chaise.Il vint se placer derrière elle et s’accroupi.William posa brutalement ses mains sur les épaules de la jeune femme et d’une pensée lui fit basculer la tête en arrière. La jeune femme souffrait.Son corps était tout entier recouvert de bleus,mais elle avait compris bien des années avant qu’il était largement préférable de toujours masquer la douleur que l’on ressentait. Il n’avait jamais été tendre avec elle,loin de la,mais il était un enseignant formidable.

    Ton mentale est ta force la plus puissante. Rien ne pourra te l’enlever.Tu en sera toujours la principale maitresse. A condition de savoir s’en servir.Tu est legilimens,et c’est très bien.Mais c’est inutile et insuffisant.Je t’aprendrai a fermer ton esprit lorsque tes études seront terminées.Tu n’as qu’une possibilité de garder secrets tes souvenirs a l’heure actuelle et elle très mauvaise.

    {1870 dans la bibliothèque}
    Velisla va observa calmement Carter lever un sourcil après avoir senti l’esprit de la jeune femme.Cet homme pratiquait le savoir qu’elle convoitait depuis quatre longues années. Elle avait parcouru le monde entier pour que l’on lui apprenne, mais jamais elle n’avait trouvé quelqu’un.Et maintenant qu’elle en avait trouvé un,elle ne pouvait absolument pas lui demander.En tout cas pas dans la situation presente.Elle attendrait.Elle saura attendre que la totalité des doutes de son collègue ai disparu,peu importe le temps que ca lui prendrait.Elle désirait plus que tout pratiquer ce que son maitre n’avait eut le temps de lui apprendre.

    Si j’en crois ta nouvelle tentative de lire dans mes pensées, ça doit être une hypothèse pas complètement absurde. Mais comme tu pourrais me le faire remarquer je n’ais pas de preuve sur ce que j’avance. Donc de toute façon pour le moment mes doutes ne sont qu’entre toi et moi.

    La jeune professeur parti dans un éclat de rire incontrôlable.Toutes les têtes studieuses des élèves se levèrent des parchemins et des livres pour regarder leur professeur de potion qui riait aux éclats.
    La bibliothécaire s’approcha a grands pas de la table occupée par les deux enseignants.Elle avait l’air de très mauvaise humeur.

    Mademoiselle Williams,pour la énième fois je vais vous demander des vous taire, ou tout du moins de vous contrôler ou sinon…Velislava remua doucement sa baguette sous le bureau…Oui…évidemment vous êtes enseignante ;je ne voulais pas vous indisposer.Excusez moi.
    Ce n’est rien voyons !Je ferais attention.

    La jeune femme détourna son regard de la bibliothécaire qui faisait demi-tour a petits pas pressés.Elle se remit a contempler Carter et remarqua que celui-ci s’était rapproché d’elle et affichait un petit sourire amusé.Elle le fixa et le détailla pendant plusieurs minutes sans rien dire,et sans rien faire d’autre que de le regarder.Enfin,elle prit sa baguette et lança un assurdiato général, épargnant seulement Carter.
    Enfin, elle se recula légèrement de la table et tourna un peu la tête avant d’inspirer un long moment.

    Vous m’intriguez monsieur Carter Jefferson Avery.Elle se remit face a lui et plaça son visage a quelques centimètres a peine du visage de celui-ci.A chaque fois que nous nous trouvons tous les deux,tu prends un malin plaisir a me provoquer,a me menacer et parfois même a m’insulter.Elle ne souriait plus du tout a présent.Ces yeux étaient vides de toutes expressions et son visage était a la limite du froid sibérien.En disant tout cela,elle était parfaitement sérieuse.Comment veux-tu que je ne me défende pas un minimum ?Je ne vais pas rester la comme un troll a attendre que tu m’insulte toujours plus.J’ai deux manières de defence,la première,la gentillesse et l’offrande de mon amitié,n’a pas marché.Il ne me reste donc plus que l’attaque a mon tour.Non il n’existe aucune preuve…Peut être parce qu’il n’y a rien a prouver et que tous tes doutes sont infondés…

    La jeune femme se remit au fond de son fauteuil, les bras sur les accoudoirs et continua d’observer Carter un sourire froid aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mer 2 Sep - 23:45

    Il y a des moment où Carter se demandait bien se qui pouvait traverser l'esprit de la jeune femme. Cette dernière avait une façon bien particulière de réagir à ce qu'on lui disait. A peine avait-il terminé que Velislava éclata de rire faisant lever toutes les têtes des élèves présents surpris d'entendre leur professeur de potion rire à plein poumon. Même son interlocuteur leva un sourcil ne s'attendant pas du tout à cette réaction de la part de sa collègue. Parfois les choses lui échappait complètement, ce n'était pas bien grave d'ailleurs il attendit qu'elle se calme. Son regard se tourna quelques seconde vers la bibliothécaire qui arrivée à grand pas vers la table qu'ils occupaient affichant la mine des mauvais jours, pour ne pas dire celle que pouvait affichait l'ancien bibliothécaire qui avait passé toute ses vacances de noël à virer Carter et Dominic des lieux, ces "imbéciles" troublant le calme d'une bibliothèque pour ainsi dire vide comme l'avait noté plusieurs fois les jeunes Serdaigle avec une insolence qui souvent valait que la bibliothécaire tourne les talons encore plus énervé qu'au départ. Les élèves avaient tous baisser la tête de nouveau alors que la bibliothécaire arrivait au niveau des professeur lâchant dans un soupire,

    « Mademoiselle Williams, pour la énième fois je vais vous demander des vous taire, ou tout du moins de vous contrôler ou sinon… Oui…évidemment vous êtes enseignante ; je ne voulais pas vous indisposer. Excusez moi.
    - Ce n’est rien voyons ! Je ferais attention. »

    La bibliothécaire repartit aussitôt à petit pas pressé sous le regard étonné des élèves et Carter fronça les sourcils en direction de Velislava. Il ferait comme-ci de rien était si elle avait une excellente raison pour avoir fait cela. Car il en était sûr que la jeune femme était responsable du changement de décision de la bibliothécaire. Cependant il ne dit rien, tachant de sonder la jeune femme qui elle aussi semblait l'observer attentivement. Situation plus qu'absurde et en prime faire l'innocente à se niveau-là horripiler le professeur de défense contre les force du mal. Certes, Velislava était professeur, mais ça ne lui donnait pas tout les droit et en particulier contrôler pensées et émotions. Si elle voulait lui retirer ses doutes ce n'est pas en agissant ainsi qu'elle y parviendrais. Elle pouvait en être sûr il croisa les bras, sans bouger attendant une réponse, un mouvement ou une explication de la part de la jeune femme. Un silence légèrement tendu avait pris place. Les élèves présents avaient finalement fini par se remettre réellement au travail après l'intervention de la bibliothécaire. Velislava émit un léger mouvement avant de finalement reculer un peu de la table,

    « Vous m’intriguez monsieur Carter Jefferson Avery.
    - Tiens donc. Répondit avec un léger cynisme Carter.
    - A chaque fois que nous nous trouvons tous les deux, tu prends un malin plaisir a me provoquer, a me menacer et parfois même a m’insulter.
    - Ne vas pas trop loin.
    - Comment veux-tu que je ne me défende pas un minimum ? Je ne vais pas rester la comme un troll a attendre que tu m’insulte toujours plus. J’ai deux manières de défense, la première, la gentillesse et l’offrande de mon amitié, n’a pas marché. Il ne me reste donc plus que l’attaque a mon tour. Non il n’existe aucune preuve…Peut être parce qu’il n’y a rien a prouver et que tous tes doutes sont infondés… »

    Le professeur analysa un instant avec le plus de recul qui lui était possible les paroles de la belle russe qui s'était de nouveau appuyer contre le dossier de sa chaise, l'observant un sourire froid aux lèvres. La jeune femme marqué un point, sa première défense, si on pouvait l'appelait ainsi ce qui était loin, loin d'être l'avis de Carter, n'avait pas marché. Quand à l'attaque, ce n'était plus de la défense alors. Oui, le professeur jouer avec les mots, mais c'était toujours comme cela qu'il avait fonctionné et c'est ainsi qu'il fonctionnera toujours. En effet, il n'existait, pour le moment aucune preuve directe donc ses doutes était justement considéré comme infondé par des personnes raisonnable et qui fonctionnait avec des preuves concrète. La jeune femme marquait donc un point, une fois de plus et Carter s'en fichait complètement puisqu'il était de son côté plus que persuadé qu'il touchait de près comme de loin la vérité sur la belle russe. De plus si ses doutes étaient infondés, pourquoi passait-elle son temps à défendre une vérité qu'elle connaissait. Tant pis pour lui si il s'obstinait alors qu'il avait tort et plutôt de s'amuser à lui répondre et tomber plus ou moins dans la direction qu'il cherche, prendre du recul et le laisser seul se rendre compte de son erreur. Surtout qu'il pouvait très bien protester sur le fait qu'elle grossissait la chose, il ne l'avait jamais insulté, ni rien dit de quoi que ce soit. C'est elle qui interprétait ou compléter ses sous-entendu, donc à ce niveau là il n'y était pas pour grand chose si l'orgueil de la jeune femme devait s'en prendre un coup à chaque fois qu'il ouvrait la bouche. Il adressa un léger sourire amusé à la jeune femme, hermétique à tout expression qui pourrait faire douter ou discours qui aurait pu gêner Carter joignait ses deux sur le bureau regardant attentivement la jeune femme,

    « Je dois admettre que tu marques un point, que tu veuilles te défendre c’est une chose, mais si tu passes à l’attaque ce n’est plus de la défense proprement parler. Il marqua une pause en s’appuyant à on tour contre le dossier de sa chaise. Je tiens à mon tour à défendre le fait que je ne t’ais jamais insultée, après que tu ais interpréter mes paroles comme le voulait ton orgueil ça c’est ton problème. »

    Il était certain, que rien que cette remarque elle risquait de le prendre une fois de plus comme une insulte ce qui en pesant tout les mots ne l’était pas. Un reproche, oui et non, car selon Carter, il n’y a pas de caractère fort sans orgueil, il faut juste savoir le contrôler. Il reprit toujours dans un ton très calme et diplomate,

    « Et si tu veux réellement que mes doutes sur toi s’infirme, il faudra éviter à l’avenir de t’amuser à contrôler les pensées ou émotions des personnes. Parce que ça à mes yeux, un professeur qui n’a rien à se reprocher évite d’en venir à la magie pour régler un léger conflit d’intérêt. Il regarda Velislava avec un léger sourire en coin. Je ne sais peut-être pas lire dans les pensées, mais je sais observer avec attention les actions et réactions des personnes qui m'entourent et en venir à certaine conclusion. »

    Bien entendu, à ce niveau là la jeune femme n’avait pas jouer fin, Carter n’aimait pas que ses élèves utilise la magie à tout bout de champs ce qui était normal après tout. Déjà parce qu’il risque de ce heurter à des sorciers plus puissant et ensuite parce qu’il fallait apprendre à prendre ses responsabilité. Qu’un professeur se permet d’utiliser comme défense un sort pour déboussoler un collègue c’était nettement plus inquiétant, mettant sur un plateau d’argent une nouvelle raison pour l’auror d’avoir des doutes. Carter prenait son travail assez au sérieux et pour lui un auror était certes un sorcier pratiquant essentiellement de la magie blanche qui traquer les mages noir utilisant cette magie à des fins inégale dont le meurtre. Mais c’était aussi des enquêteurs acharnés qui devaient pensait hors des schémas habituels et toujours mettre en avant le proverbe qui dit que l’habit ne faisait pas le moine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Jeu 3 Sep - 8:51


    La jeune femme regarda son collègue légèrement choquée.Elle avait la bouche légèrement ouverte et venait de rouler des yeux.
    Le cynisme qu’il avait exprimé dans sa réponse n’avait absolument pas echapé a la jeune femme.Il lui demandait de ne pas aller trop loin…Il en avait de bonne celui-la ! S’il voulait qu’elle se calme,il n’avait qu’a cesser ses attaques.La jeune femme savait pertinemment que c’était une réflexion parfaitement puérile et pratiquement indigne d’elle,mais elle n’en avait cure.C’est ce qu’elle pensait.Tout du moins a l’heure actuelle.
    La jeune Velislava se rendait bien compte qu’en disant tout cela,elle avait donné a Carter de quoi l’attaquer un peu plus.Mais elle avait surtout dit cela car elle le pensait très sérieusement,et qu’elle espérait que cela ferait réfléchir son collègue ne serait-ce que 5 minutes,et qu’il ajusterait ses positions.

    {14 ans plus tot}
    La jeune et toute belle Marie Guelis,une française,regarda sa meilleure amie une fois de plus.Celle-ci rêvait,pour changer.La jeune bonde s’approcha de Velislava et posa avec douceur sa main sur l’épaule de sa copine.

    Lorsque tu rêves ainsi,tu ressemble a un ange.Tout est si calme dans ton visage qu’il est impossible que tu puisse ne serait-ce que tuer une mouche…Mais lorsque tu sors de tes reves,tes yeux s’animent,et la…La on voix réellement ta puissance.

    La jeune russe avait éclaté de rire et avait serré son amie contre elle.Cette Marie irait loin dans la vie ;mais Velislava savait pertinemment qu’un son destin commencé,elle ne se reverrait plus jamais.Ou tout du moins l’esperait elle pour le bien de son amie.

    Non sérieusement Vel,tu compte refaire le monde a ta façon un jour (la elle n’avait pas tord) ?Un monde ou tout serait merveilleux et rose,les petits oiseaux gassouilleront de branches en branches et tu ne seras qu’amour (ah ;la on s’éloignait énormément de la vérité) ?Non je te dis ca tout simplement car a certain moment,tu sors de ces tirades,espérant que l’autre comprenne alors que tu sais très bien que cela ne changera rien,absolument rien !

    Contrairement a ce qu’il fallait,la beauté russe rêvait…Mais elle rêvait éveillée.

    {1870 dans la bibliothèque}
    Une fois de plus la jeune professeur rêvait.Ses yeux avaient plongés dans le passé.Tous sourire avait disparu.Son visage était calme et détendu comme rarement il l’etait.Elle était en train de penser au début de l’année dernière,lorsque Carter et elle était encore…Amis ; ou tout du moins en bons termes.Elle avait toujours fait très attention a ce qu’aucun soupçon ne puisse l’atteindre.Et du jour au lendemain,tout avait changé chez son collègue,ses regards,ses paroles ,ses attentions…Elle ne savait toujours pas ce qui lui avait mis la puce a l’oreille.Toutefois,un argument pesait en sa faveur ; elle était amie avec tout autres professeurs,et le directeur lui faisait confiance.
    La voix de Carter la sortie de ses pensées,ranimant ses yeux.

    Je dois admettre que tu marques un point, que tu veuilles te défendre c’est une chose, mais si tu passes à l’attaque ce n’est plus de la défense proprement parler. Je tiens à mon tour à défendre le fait que je ne t’ais jamais insultée, après que tu ais interpréter mes paroles comme le voulait ton orgueil ça c’est ton problème.

    Et voilà,il jouait avec les mots,une fois de plus.La jeune femme lui sourit avec charme et sensualité.

    Je suis désolé de ne pas avoir autant de ressource que toi Carter.Dis moi quelle serait pour toi une bonne tactique de défense a tout cela,et je te promet que je m’empresserai de la mettre en œuvre.Elle marqua une pause pendant laquelle elle changea de position.Tres sérieusement,tu trouves que de me traiter de mage noire et de mes réserver les memes égards que tu as envers eux n’est pas une insulte ?Il parlait d’orgueil…Tres bien,elle parlerait d’orgueil.L’orgueil est une bien grande chose…Mais je pense ne pas être la seule a laisser mon orgueil parler a cette table…

    Velislava,en disant cela,sous-entendait que le jeune homme ne continuait désespérément a essayer de l’avoir que par orgueil. Il était persuadé qu’elle était du mauvais coté,et il n’en démordrait pas de sitôt.

    Et si tu veux réellement que mes doutes sur toi s’infirme, il faudra éviter à l’avenir de t’amuser à contrôler les pensées ou émotions des personnes. Parce que ça à mes yeux, un professeur qui n’a rien à se reprocher évite d’en venir à la magie pour régler un léger conflit d’intérêt. Je ne sais peut-être pas lire dans les pensées, mais je sais observer avec attention les actions et réactions des personnes qui m'entourent et en venir à certaine conclusion.

    Le sourire en coin qu’il affichait était exaspérant, elle le prenait comme il fallait le prendre : de la moquerie.Il se fichait d’elle,tout simplement.
    La jeune femme se contenta de lui répondre avec un sourire.

    Mea Culpa.Je n’ai aucune excuse. Je n’aurais pas du…Mais je n’avais absolument pas envie d’écouter ses remontrances encore une fois.J’irai l’aider a tout ranger ce soir…Mais j’ai fait quelque chose de très très mal, vas-y, arrête moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Jeu 3 Sep - 14:35

    « Je suis désolé de ne pas avoir autant de ressource que toi Carter. Dis moi quelle serait pour toi une bonne tactique de défense a tout cela, et je te promet que je m’empresserai de la mettre en œuvre. Très sérieusement, tu trouves que de me traiter de mage noire et de mes réserver les mêmes égards que tu as envers eux n’est pas une insulte ? L’orgueil est une bien grande chose…Mais je pense ne pas être la seule a laisser mon orgueil parler a cette table… »

    Touché. Carter ne réagit pas tout de suite, fair-play à ce niveau là il serait de mauvaise foi s'il nié cela. Son père lui avait plusieurs fois reproché son orgueil et le fait qu'il était plus têtu qu'une mule. Certains de ses collègues le lui reprochaient aussi, surtout lorsque ce dernier ce affronter ses supérieurs. Imperturbable par l'autorité, il faisait souvent barrière afin de défendre ses collègues ou bien ses propres intuitions. Caractère qui avait toujours su s'avouer gagnant malgré les quelques aléas qu'il avait ou rencontré. Ses premières années chez les aurors avaient assez laborieuse, déjà par son passé de mage noir. La plupart des personnes plus âgés que lui le méprisait et le rabaisser à chaque instant et les plus jeunes ou le craignait ou l'insultait. Se faire une place était d'abord instaurer une confiance. Déjà il prenait les responsabilités de ses actes passés et ensuite il se contentait de faire son travail, prenant sur lui parfois les remarques. Rapidement une fois qu'il a su prouver sa valeur son arrogance d'autre fois avait repris le dessus et son cynisme aussi, cynisme qui d'ailleurs ne l'avait pas quitté comme le soulignait la jeune femme. Excellant en magie rouge, c'était un adversaire assez redoutable de plus ses pensées étant impénétrable il avait l'atout de l'attaque surprise et de l'imprévisibilité. Il n'était cependant pas à l'abris des attaques des mages noires, il avait survécu à différente séances de torture dont il gardera un certain souvenir amer mais aussi témoins de meurtres dont les responsable ont pratiquement tous était envoyé à Azkaban par ses soins. Le professeur admettais que la jeune femme marqué un point à ce niveau là être traiter de mage noir n'était pas forcément agréable, mais le prendre comme une insulte il y avait des limites de plus, il ne l'avait jamais dit directement. C'était tout à fait normal d'ailleurs de ne pas le faire puisque pour le moment ce n'était que des doutes. Le professeur regardait attentivement les mouvements de la jeune femme qui n'avait pas hésiter de sous-entendre que c'était son orgueil qui faisait qu'il ne lâchait pas l'affaire. Surement, mais aussi parce que c'était la vérité et il finirait bien par le prouver. A peine avait-il finit sur sa lancé la jeune femme lui répondit avec un petit sourire,

    « Mea Culpa. Je n’ai aucune excuse. Je n’aurais pas du…Mais je n’avais absolument pas envie d’écouter ses remontrances encore une fois. J’irai l’aider a tout ranger ce soir…Mais j’ai fait quelque chose de très très mal, vas-y, arrête moi !
    - Ne sois pas ridicule, soupira Carter. On m’a déjà fait le coup des violons et de la frustrée. De plus je ne crois pas me rappeler d’avoir oser te traiter de mage noir. »

    {Flashback}

    Le sorcier laissa échapper un soupire satisfait avant de caresser doucement les cheveux de la jeune femme qui doucement remonter sa main sur son torse. Il arrêta son mouvement alors que celle-ci se redressait doucement pour lui adresser un sourire qu’il lui rendit. Ca faisait quelque jour qu’ils se côtoyait, un flash, le jeune auror laissa échapper un soupire en notant que l’horloge annonçait la fin de la matinée. Son amante fini par se lever et disparue derrière un paravent pour s’habiller. Carter resta allongé dans le lit, pensif, il était à la recherche d’un mage noir. Il n’avait que très peu d’information et avait passer ses quatre derniers jour avec Katelyn sans avancer réellement dans sa mission. Il remit son pantalon avant de s’asseoir sur le bord du lit, la jeune femme se mit derrière lui et embrassa ses épaules et son cou. Carter tourna doucement sa tête vers elle avec un sourire amusé,

    « Je devrais y aller… On se voit ce soir ?
    - Humm, j’ai des affaires importantes ce soir, je propose de repousser cela à demain soir.
    - Accordé Miss Walters. »

    Carter passa le reste de sa journée en filature avant de finalement obtenir des informations et surprendre lors de la soirée son amante discuter magie noir avec un des sorciers les plus recherchés par le ministère de la magie. Le sorcier compris qu’il s’était fait mener par le bout du nez, il décida de ne pas intervenir, surtout pas seul face à deux mages noirs. Une chose était sûre, il ne supportait pas réellement qu’on le mène en bateau et qu’on utilise sa faiblesse pour les femmes pour le mettre hors d’état de nuire. On lui avait toujours conseiller d’être vigilant à tout mouvement suspect et se méfier des apparences, cependant celle-ci on ne lui avait jamais faites encore. Il contacta ses collègues afin de demander du renfort. Le lendemain il retrouva la jeune femme pour le diner dans une taverne du petit village. Ils discutèrent de tout et de rien, le jeune homme se faisant un peu plus distant d’ailleurs. Elle ne tardera pas à lui faire la remarque,

    « Quelque chose te tracasse Carter ? Tu me sembles, bien distant ce soir.
    - Ce n’est rien, je suis juste surpris de la manière dont tu as renvoyé la pauvre serveuse.
    - Elle n'a pas à me parler sur ce ton, répliqua la jeune femme en fronçant les sourcils. Rien d’autre à me reprocher ?
    - Tes amis sont-ils tous des mages noirs ? Répondit froidement Carter qui venait d’aller droit au but.
    - J’ai fais quelque chose de mal ? Demanda la jeune femme en lui faisant doucement du pied. Je pense être encore libre de choisir mes amis. Mais si tu as un avis arrêté sur la question. Vas-y arrête moi.
    - Je n’ais rien dit et je ne compte rien faire. Ce n’est pas toi que je cherche.
    - Alors on peut reprendre notre repas comme avant ? Son pied glissa de nouveau sur la jambe du sorcier avec un sourire charmeur. Carter ? »

    L’auror hocha la tête et il pris doucement la main de la jeune femme lui adressant un sourire sans pour autant le sortir de ses doutes. Il passa de nouveau la nuit avec elle. Le lendemain matin il se réveilla toujours aussi bien, la jeune femme n’était pas présente, il remis son pantalon et commença à fouiller un peu dans la chambre. Il s’apprêter à ouvrir un placard quand il fut projeté contre le mur opposé. Il mit quelques secondes pour se remettre du choc, le visage de Katelyn apparu et elle secoua la tête,

    « Tu me déçois Carter. Beaucoup.
    - C’est peut-être mieux comme ça… répliqua dans un souffle le sorcier qui se relevait doucement.
    - Je préfère te voir au sol… Crucio ! »

    Le sorcier retomba sur le sol, se tordant dans tout les sens et laissant échapper des râles de douleurs puis des cris. Elle laissa échapper un rire cristallin avant de finalement annuler le sort. Elle amena une chaise en face d’elle et d’un geste de baguette fit voyager Carter du sol à la chaise et la baguette lâcha ensuite des cordes. Une fois qu’elle s’assurait qu’il ne bougerait plus elle s’installa en face lui et croisa les jambes.

    « Bien, maintenant que j’ai toute ton attention. Tu vas me dire qui est celui que tu cherches, pourquoi lui et pourquoi maintenant.
    - Je ne le sais pas. »

    La jeune femme laissa échapper un soupire et elle lâcha un nouveau sort de Doloris. Carter ne pouvait plus bouger, mais on pouvait lire que la douleur montait doucement à la tête. Après quelques secondes son bourreau annula de nouveau son sort,

    « Disposé à être plus coopératif ?
    - Je ne coopère pas avec les mages noirs.
    - Tu es réellement vexant le sais-tu ?
    - C’est un de mes nombreux défauts. »

    Katelyn braqua de nouveau sa baguette vers lui, mais au même moment une force provenant de la magie blanche fit sauté la porte projetant la sorcière et Carter qui se trouva libéré. La jeune femme légèrement déboussolée dirigea sa baguette vers lui et lança un Adeva Kadavra qui fit exploser le lit. Le professeur attrapa sa baguette et lança un sort qui expulsa la jeune femme contre le mur, celle-ci tomba dans le coma. Il se leva et un de ses collègues vint l’aider à se relever,

    « Heureusement que la cavalrie à débarqué. On a intercepté un des mages noirs sur notre route.
    - Il en manque un alors… Répondit essoufflé Carter.
    - Tu pourras t’en charger ?
    - Je pense, je crois savoir exactement où le trouver… »

    {Fin du flashback}

    C’était en particulier à cause de cette expérience que Carter ne lâchait pas l’affaire. Et pourtant, il avait d’excellent souvenir de leur première relation. Il s’était attaché à la jeune femme et puis après ses doutes l’ont complètement changé. Bien entendu, il avait effectuer des recherche qui les affirmer, mais pas de preuve directe, aucune raison de la dénoncer. De toute façon il n’aurait pas le soutien et serait assez mal vu. Malgré ses doutes, il restait assez attiré par la jeune femme. Brillante, belle et mystérieuse, il savait que les femme était sa faiblesse et moins il en savait sur elle plus il était curieux. Carter avait toujours eut se goût pour le mystère et avait toujours était attirer par les femmes. Il était tombé dans un silence, pensif et il finit de nouveau par croiser le regard de Velislava,

    « Je ne pense pas qu’il y ait réellement de tactique. Si tu es si innocente que tu l’avances, pourquoi mon avis te souci t-il à se point ? Parce que je dis la vérité ou parce qu’il y a autre chose ? »


Dernière édition par Carter J. Avery le Dim 6 Sep - 8:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Jeu 3 Sep - 16:08


    La jeune Velislava savait parfaitement qu’en parlant de l’orgueil du jeune homme,elle avait une fois de plus touché au bon endroit.De tout façon,ce n’était un secret pour personne et cette réputation le précédait de loin.

    {En début d’année dernière}
    L’année scolaire n’avait pas encore debuté,mais Velislava était au château depuis deux semaines.Elle avait eut un travail assez important dans sa salle de cours et son bureau,et avait voulu tout superviser elle meme.Elle venait a peine de se lever lorsqu’un elfe de maison se prosterna devant elle.

    Une lettre…Pour vous mademoiselle !

    Le petit être lui avait tendu la lettre tout tremblant.La jeune femme l’avait accepté avec un immense sourire et ouvrit la missive d’un doigté assuré.Elle venait du directeur.

    « Tres chere Velislava.Depuis votre arrivée il y a quelques semaines,nous avons tous deux été très pris et nous n’avons pu que nous croiser.Accepteriez-vous de venir prendre le thé a 17h tapantes avec moi ?Ne doutant pas de votre réponse,je vous donne le nouveau mot de passe pour la gargouille :water. » La jeune femme sourit et posa avec délicatesse la lettre sur sa table de chevet.Bien évidemment qu’elle allait y aller.Elle adorait le directeur avec qui elle pouvait rigoler pendant des heures.Elle estimait leur relation comme une confiance mutuelle.Elle pensait pouvoir dire son secret a celui-ci,et jamais au grand jamais elle n’aurait pu le blesser.Elle donnerai sa vie pour cet homme.
    Une fois de plus,la jeune sibérienne avait passé sa journée a déménager meubles,chaudrons étagères et bureaux.Elle s’était de plus amusée a retrier,re ranger et re étiqueter les milliers de flacons.Quand 16h30 sonnerent,la jeune femme s’étira et contempla son travail.Elle était plutôt fière d’elle.D’un coup de baguette,elle quitta ses vieux habits pour se retrouver vêtue plus élégamment et elle prit doucement le chemin du bureau de son supérieur.
    Il était plus de dix-huit heures,et les deux continuaient de parler.

    A ma douce et intrigante Velislava.Je pense vous avoir enfin trouver un collègue digne de ce nom.Carter Avery ; il assurera les cours de defence contre le mal.Vous verrez,c’est un garçon tout a fait charmant.Bon,son orgueil est assez imposant,mais on ne peut lui en vouloir.Il a un passé très peu singulier !C’était un mage noir !Mais il a retourné sa chemise il y a bien longtemps.C’est un auror a présent.

    {1870 dans la bibliothèque}
    Et il avait raison eut raison pour l’orgueil…La jeune professeur avait eut bien tord de pouvoir trouver un ami en Carter.Elle pensait qu’elle n’aurait pas trop de mal du fait de son passé obscure.Mais elle s’était largement fourvoyée. La relation que partageaient Velislava et son directeur s’était légèrement dégradée depuis l’arrivée de Carter,et elle n’avait plus eut de moment seule avec lui depuis plus de six mois.La jeune demoiselle le tenait pourtant toujours a une place importante dans son cœur.
    Carter soupira.

    Ne sois pas ridicule. On m’a déjà fait le coup des violons et de la frustrée. De plus je ne crois pas me rappeler d’avoir oser te traiter de mage noir.

    La jeune femme sourit et se rapprocha de lui en souriant.Elle ramena une mèche de cheveux qui lui tombait devant les yeux,derrière son oreille et reposa sa tête sur sa main avec une désinvolture enfantine.

    Qui t’as dis que j’étais frustrée ?Je suis bien loin de l’etre.Et bien loin de moi l’idée d’essayer d’attendrir une personne s’etant montré aussi sensible qu’un bloc de glace a mon égard,Ca ne fonctionnerait pas et je le sais très bien.Elle marqua un temps d’arrêt pendant lequel elle fixa intensément les yeux de Carter,avant de détourner son regard hypnotique vers la fenetre embuée.Pour être tout a fait franche…Je prefererais a la rigueur que tu me dises clairement mage noire plutôt que tous ses sous-entendus.Au moins tout le monde sera fixé sur ce que tu pense de moi.

    Il avait parler d’avoir déjà entendu les violons,la jeune femme ne put s’empêcher de repenser a une affaire l’ayant tout particulièrement marquée.

    {cinq ans plus tot.}
    Les deux jeunes femmes sortaient d’une boutique de vêtement de Londres bras dessus bras dessous.Elles s’étaient connues lorsque Velislava avait commencé ces études.Katelyn Walters était de 3 ans son ainée,mais toute deux avaient rapidement nouée une amitié assez forte.La jeune Russe était un jour rentré par inadvertance dans la beauté fatale et avait,par manque de contrôle,laissé son don faire son travail.Elle avait lu tout l’esprit de la jeune femme et avait pu remarqué qu’elle aussi était une mage noire.
    Les deux amies s’étaient arrêtées dans un salon de thé et avaient commandé un nombre impressionnant de pâtisseries.

    Je viens de faire la rencontre d’un jeune auror de toute beauté Vé !Il est sublime !Je ne sais pas encore son nom,mais je sais ou le retrouver !J’ai bien dans l’idée de le séduire et d’obtenir un sacré nombre d’informations grâce a lui.

    Les deux jeunes femmes étaient parties dans un fou rire partagé.Velislava était encore a une étape de sa vie ou elle trouvait ca très dangereux ;mais âpres tout,elle aussi était en train de se tracer un avenir un peu égal.

    {1870 dans la bibliothèque}
    Velislava n’avait plus jamais revu son amie.Elle avait appris sa mort 1 mois apres.Elle avait été repérée par son auror chéri,et très probablement avait fini a Askaban ou on l’avait achevé.
    Mais Carter n’avait pas été le seul a faire quelques recherches sur sa collègue.A peine le directeur avait eut sa petite conversation avec Velislava,que celle-ci avait fait quelques petites fouilles sur ce jeune homme.Il s’était avéré que le fameux auror,c’etait lui.Le monde était petit,et toutes les destinées se croisaient a un moment ou un autre.

    Je ne pense pas qu’il y ait réellement de tactique. Si tu es si innocente que tu l’avances, pourquoi mon avis te souci t-il à se point ? Parce que je dis la vérité ou parce qu’il y a autre chose ?

    La jeune femme sourit.Les hommes pouvaient être tellement aveugles dans certaines situation.Il ne voyait que ce qu’il voulait voir.

    Alors je suis condamnée a te laisser me parler ainsi sans régir…Etrange destinée que la mienne.

    La jeune femme se leva avec grace et délicatesse et s’étira légèrement avant d’avancer a petits pas.Elle s’agenouilla aux cotés de Carter.Elle approcha avec lenteur sa bouche du visage de son collègue et fini par la placer tout contre l’oreille de celui-ci.

    Ouvre les yeux Carter.

    Elle avait dit cela pratiquement dans un souffle.La jeune femme se releva et retourna s’asseoir.

    Peut être parce que ton amitié m’était chère et que tous tes doutes l’empêchent…Ou peut être pour autre chose…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Sam 5 Sep - 0:43

    {Flashback}

    « Que me vaut l'honneur de votre visite ? Pour que vous vous déplacez jusqu’au Manoir Avery, cela doit être d’une importance capitale.
    - En effet, je suis venu ici pour effectuer une proposition et en même temps effectuer une requête de la part de personnes que tu connais. De vieux amis. Les Saint-Clair.
    - Les Saint... Le regard de Carter brilla alors de curiosité pendant qu’il se redresser sur son fauteuil, regardant attentivement le directeur, le sourcil levé, je vous écoute… »

    Le directeur n'y était pas allé par quatre chemins, il expliqua la situation à Carter. L'auror n'aurait jamais pensé un seule seconde lorsqu'il était sortit de l'école des sorciers y retourner en tant que professeur. Professeur de défense contre les forces du mal, cours qui lui irait comme un gant puisque depuis qu'il était auror ça résumait tout de même au mieux son travail. Il connaissait les Saint-Clair depuis quelques années à présent, bien que leur amitié n'avait rien d'officiel par soucis de préserver leur identité et leur mission, Carter ne les croisait que dans des lieux précis à l'abris de toute regard suspect ou fouineur. Un risque assez gros pour la famille qui à présent avait une confiance inébranlable en le sorcier. Ce dernier avait pris leur défense dès qu'il avait découvert la vérité sur la famille. Autrefois membre de la Secte il aurait dû les dénoncer recevant peut-être une importante promotion et un rôle essentiel dans celle-ci. Mais il en avait été autrement, Carter avait tourner sa veste pour son père, pour les Saint-Clair, pour lui et plus particulièrement pour sa mère assassinée par les mages noirs et ce bien avant qu'il n'en devienne un. Oui, il avait un passé obscur, mais ce n'était pas particulièrement la raison de son orgueil, c'était plutôt une réponse au préjugé et accueil lors de ses débuts au ministère de la magie. Depuis, il pratiquait la magie rouge, au côté des auror qui pratiquaient plus la magie blanche et qui gardaient au départ une grande méfiance envers lui. Mais en tant qu'excellent agent il avait rapidement fait ses preuves. Le directeur avait reçu une demande des Saint-Clair quelques mois plus tôt faisant par de leur anxiété pour la jeune Aileen qui était à présent une jeune femme et le cocon familiale ne suffirait plus pour la protéger. Carter serait, en secret, son protecteur au sein de Poudlard. Les deux sorciers remettaient la survie d'Aileen entre ses mains. Le sorcier fut extrêmement touché par cette démonstration de confiance et c'était à son tour de le démontrer en menant à bien sa mission. Il leur devait, ces derniers l'ayant défendu au sein de l'Ordre à ses débuts. Carter savait que les Saint-Clair tenaient beaucoup à Aileen et la défendrait coûte que coûte, il ferait de même, il avait trouvé dans cette famille un lien particulier auquel il tenait réellement.

    « Alors Carter, quelle est ta décision ? demanda son interlocuteur.
    - J'accepte, répondit sans hésiter le sorcier en mettant son dos contre le dossier du fauteuil. Le bureau des aurors a acceptés ?
    - Ce n'était pas difficile de les convaincre. Il se leva époussetant doucement sa robe. La rentrée est le 1er septembre.
    - J'y serais. »

    {Fin du flashback}

    « Qui t’as dis que j’étais frustrée ? Je suis bien loin de l’être. Et bien loin de moi l’idée d’essayer d’attendrir une personne s’étant montré aussi sensible qu’un bloc de glace a mon égard, Ca ne fonctionnerait pas et je le sais très bien. Pour être tout a fait franche…Je préfèrerais a la rigueur que tu me dises clairement mage noire plutôt que tous ses sous-entendus. Au moins tout le monde sera fixé sur ce que tu penses de moi.
    - Sauf que je ne le ferais pas. » répondit Carter.

    C'était évident que de clamer haut et fort que Velislava était un mage noir, ne serais pas réellement une bonne idée. Déjà, non seulement ça risquait de créer des tensions entre les membres du corps enseignants entre ceux qui croiront Carter et ceux qui défendrait Velislava. Et ce serait le chaos à Poudlard, certes, cela en arrangerait peut-être certain, le chaos à Poudlard moins de vigilance. Car, la jeune femme n'était après tout pas la seule à opter pour Poudlard lorsqu'il s'agit de rechercher des élèves passibles de devenir des mages noirs. Le professeur de défense contre les forces du mal de plus ne se permettrait pas d'appeler Velislava ainsi puisque pour le moment ce n'était que des doutes et il n'avait pas besoin de l'appeler ainsi devant ses collègues ou élèves. Tout le monde semblait avoir compris la tension qu'il y avait entre les deux professeurs. Ni l'un, ni l'autre d'ailleurs avait donné d'explication et leurs collègues avaient évité de leur poser la question. Ils ne s'évitaient pas, gardant tout de même un respect pour l'autre et évitaient de se donner en spectacle devant tout le monde. Lors d'une de ses visites chez le directeur, ce dernier n'avait pas put s'empêcher de titiller Carter en disant que c'était leur orgueil et préjugés qui les mettaient dans cette situation, l'orgueil ne pas admettre qu'ils se plaisent mutuellement. Le professeur n'avait pas put s'empêcher d'y réfléchir, il avait fait par de ses doutes qu'à son père et discuté avec quelques anciens collègues, mais chez les collègues il n'y avait pas eut de réponse et son père lui avait conseiller de rester sur ses gardes tout en se confrontant à elle pour tirer des choses au clair.

    « Je ne pense pas qu’il y ait réellement de tactique. Si tu es si innocente que tu l’avances, pourquoi mon avis te souci t-il à se point ? Parce que je dis la vérité ou parce qu’il y a autre chose ?
    - Alors je suis condamnée a te laisser me parler ainsi sans régir…Etrange destinée que la mienne.
    - Je n'ais pas dis que tu ne devais pas réagir. » répondit-il dans un léger soupire.

    La jeune femme se leva doucement s'étirant dans tout la grâce et sensualité qui ne laissa pas indifférents Carter. Ce dernier la suivit du regard alors qu'un léger frisson d'excitation lui parcourra le bas du dos. Elle s'agenouilla à ses côtés le plus possible que lui permettait sa tenue. Le professeur, qui avait suivit ses mouvements, adressa à la jeune femme un regard intrigué accompagné d'un léger sourire intéressé. Velislava porta doucement sa bouche vers son visage avant de la coller doucement vers son oreille ce qui lui valu un nouveau frisson,

    « Ouvre les yeux Carter. Lui dit-elle dans un souffle avant de finalement retourner à sa place le regard du professeur ne se détachant pas de ses mouvements. Peut être parce que ton amitié m’était chère et que tous tes doutes l’empêchent…Ou peut être pour autre chose…
    - Bien... »

    Répondit simplement Carter après avoir ravaler sa salive sortant de ses pensées ce qui venait de se passer. Il se leva à son tour de sa chaise et commença à faire les cent pas avant de finalement s'approcher de la jeune femme. Il frappa des mains alors qu'il s'asseyait sur le coin de la table regardant un instant la jeune femme avant de lui demander,

    « Qu'est-ce que tu proposes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Sam 5 Sep - 7:50


    {1er Septembre 1869}

    Le premier septembre était pour Velislava une date repère comme pouvaient l’être le 24 décembre ou encore le 27 juin. Cette date avait toujours correspondu avec la rentrées des classes, et contrairement a beaucoup de personnes, c’était probablement son jour préféré de l’année. Elle ne ratait pour rien au monde ce jour de réjouissance…De plus, elle devait y rencontrer cette année un nouveau collègue,et elle était plutôt pressée.
    Mais cette année la,elle ne pouvait y aller.La jeune russe avait reçu un message urgent de son père.Celui-ci venait de se faire blesser et sa fille ne pouvait délibérément pas le laisser seul dans cet état la.Elle était donc partie en urgence pour la siberie,et avait passé sa journée a concocter des potions réparatrices et anti-douleur pour l’homme qui lui avait tout donné.
    Quand elle était retournée a Poudlard,la cérémonie s’était achevée depuis plus d’une heure et plus personne n’était présent dans les couloirs.
    Pendant toute la première semaine de cours,il avait ete impossible de voir ce nouvel élément,le manquant toujours de peu.La demoiselle n’en pouvait plus d’entendre ses collègues en parler en bien,d’ecouter ses élèves chuchoter,trop fort malheureusement,a l’oreille d’une autre fille o combien ce Monsieur Avery était génial et particulièrement beau.La première fois qu’elle avait entendu cela,la professeur avait levé un de ses sourcils avant de sourire amusée.
    En réalité,la toute première rencontre des deux futures opposants dans Poudlard, s’était déroulée assez bizarrement et surtout par hasard.
    Velislava marchait rapidement dans les couloirs de Poudlard,elle avait oubliée très bêtement,l’enoncé de son interrogation surprise.En passant au troisième étage,elle croisa un homme qu’elle n’avait jamais vu avant,autant dire qu’elle avait pilé pour s’arrêter.

    Oh !Vous devez être Carter.Je suis votre collègue de potions,Velislava Williams,mais tout le monde m’appelle Vel.Je suis extrêmement pressée j’en suis désolée. J’espère vous revoir très très rapidement !

    Et elle s’était éloignée a grands pas sans plus de cérémonie.Ils s’étaient revus assez rapidement,et la magie de la sociabilité de la sibérienne opérant,avait fait que ces deux la s’entendaient bien .La jeune femme se serait même permis de dire qu’ils étaient amis ;et ceux pendant toute la première partie de l’année.


    {1870 Dans la bibliothèque}

    Sauf que je ne le ferais pas.

    Evidemment qu’il n’allait pas le faire.Elle l’aurait pratiquement tué s’il l’avait fait.Elle préfèrerait qu’il la traite a haute voix de mage noire,mais l’aurait tué s’il l’avait fait.C’etait assez paradoxale,mais elle avait encore le conscience du danger que cela présenterait.
    Les professeurs et les élèves se scinderaient en deux clans,les pro-Carter,et les pro-Velislava.Cette séparation plongerait Poudlard dans une faiblesse incroyable,ce qui était une chose très attendue par une foule de mage noire.Velislava n’était pas prête a abandonner sa maison et son terrain de jeu a d’autres,moins consciencieux et respectueux,tout cela a cause d’une querelle ridicule.
    La tension des deux jeunes professeurs avait été très probablement perçue par tous membres de Poudlard.Pourtant,les deux avaient toujours fait en sorte de se montrer respectueux et discrets. Ne regardant personne d’autre qu’eux,ni lui ni elle n’avaient jugé bon de donner des explications. Les professeurs les plus curieux se laissaient donc aller en suppositions. Les plus populaires, que la jeune femme avait réussi a obtenir avaient été fabriquées par des mauvaises langue « Ils sortent ensemble et ne veulent rien dire » « Ils se plaisent mutuellement et leur orgueil respectif les empêche de se l’avouer ».Velislava avait bien ri en les entendant.
    Il était vrai que Carter lui plaisait, et qu’il semblait qu’elle ne laissait pas celui-ci insensible ;de la a inventer pareille histoire !

    Je n'ais pas dis que tu ne devais pas réagir.
    Et ne compte pas sur moi pour ne pas réagir…Elle avait dit cela sans aucune méchanceté, un petit sourire aux lèvre.

    La jeune venait de se rasseoir quand elle commença a ré observer Carter. Elle avait bien vu et bien senti que son petit numéro avait légèrement troublé l’auror. Il ne l’avait pas quitté du regard une seule seconde, analysant chacun des ses mouvements. Lorsqu’elle s’était agenouillée a ses cotés, il lui avait lancé un regard curieux, mais ne cachant pas son sourire intéressé auquel elle ne répondit pas. Lorsqu’elle avait murmuré quelques mots à son oreille, elle avait perçu le frisson que cela avait provoqué. Il ne savait d’ailleurs que répondre.
    Elle ne disait plus rien et observait son collègue qui essayait d’oublier ce qui venait de se passer. Il se leva et commença a faire les cents pas. Enfin, il se rapprocha d’elle et alors qu’il s’asseyait sur le coin de la table, frappa celle-ci de ses mains. La jeune sibérienne sursauta avant de fixer a son tour le regard bleu de son interlocuteur.

    Qu'est-ce que tu proposes ?

    C’était une question a laquelle il était difficile de répondre .La jeune femme s’accorda un temps de réflexion avant de répondre d’une voix douce et calme.

    Faire une trêve. Repartir a zéro. M’accorder le bénéfice du doute…me laisser une réel possibilité de t’enlever ces doutes…Qu’en sais-je !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Dim 6 Sep - 9:07

    Carter qui venait d'effectuer pendant quelques secondes les cents pas dans la bibliothèque s'arrêta. Certes, il avait quelque chose, ouvrir, les yeux. Il avait presque faillit lui rire au nez, les hommes étaient rarement connus pour leur sens de l'observation lorsqu'il s'agissait de sous-entendu féminin. Le professeur de défense contre les forces du mal en premier puisqu'il ne prêtait que rarement attention aux signes pouvant lui donner des indices. Oui, il était observateur, mais pour ce qu'il voulait voir, pas pour ce qu'il devait voir. C'était tout de même le lot de tout le monde, donc la jeune femme ne lui ferait pas croire qu'il était plus aveugle qu'un autre. Ou il ne l'avait pas vu, ou bien il ne voulait pas le voir dans tout les cas soit elle passerait à côté de quelque chose, soit lui. Il resta quelques seconde pensif avant de finalement se dirigeait vers Velislava d'un peu détendu et les sourcils légèrement froncé comme si il était dans une intense réflexion. Il frappa alors dans ses mains pendant qu'il s'asseyait sur le coin de la table. Ses yeux azur observèrent un instant la jeune femme avec une certaine précision, cherchant des réponses qui pourrait éclairer un peu sa lanterne. Elle tenait à son amitié ? C'était une première nouvelle et il garda pour lui le fait qu'il pensait qu'elle avait une singulière façon de tenir à cette amitié. Pour autre chose avait-elle dit, c'est bien, mais à ce niveau là elle avait laissé Carter dans un flou digne des plus beau brouillard de la campagne anglaise. Cependant il s'était abstenu de faire des commentaires dessus. Autant profiter de la situation, pour une fois la laisser parler et lui offrir une main tendue. Si elle voulait lui prouver son innocence c'était le moment ou jamais d'en profiter. Il lui demanda alors dans un ton calme et neutre,

    « Qu'est-ce que tu proposes ? »

    Il avait posé la question comme ceci, de manière calme, mais sans pour autant y allait pas quatre chemin, c'était de façon brusque, nette et clair. Il lui tendait la perche pour qu'elle lui propose quelque chose qui pourrait apaiser leur relation puisqu'elle semblait si gênait par le fait qu'il se méfie d'elle. Pas de promesses, du résultat, c'était ce qu'il attendait et surtout cela ne lui ôterait pas totalement ses doutes. Sa question était difficile et trouver une réponse qui pourrait le convaincre aussi. C'était une question d'ailleurs qu'elle aurait pu considéré d'injuste puisque c'était lui qui avait tout de même lancé les hostilités. Il avait était le premier à exprimé clairement qu'il se méfiait d'elle et que ce n'était pas à elle de demander une trêve, mais à lui. Cependant, la situation ne le dérangeant pas, il n'avait aucune raison de le faire. Oui, il était orgueilleux, vexant et peut-être un poil arrogant, mais c'était son caractère avec les gens qu'il n'appréciait pas vraiment. Il aimait provoquer et il savait pertinemment que son orgueil défiait rapidement son interlocuteur voulant le remettre à sa place. Après quelques secondes de réflexion la jeune femme fini par lui répondre d'une voix douce et calme, quasi hypnotique pour le professeur qui n'avait pas quitté les yeux de la jeune femme,

    « Faire une trêve. Repartir a zéro. M’accorder le bénéfice du doute…me laisser une réelle possibilité de t’enlever ces doutes…Qu’en sais-je !?
    - Je suis curieux comment tu vas t'y prendre, répondit Carter. J'accepte de te laisser cette possibilité. Le bénéfice du doute tu l'as depuis toujours, sinon nous n'aurions pas ce genre de conversation. »

    Il lui adressa un léger sourire. Il vrai que à ce niveau-là, malgré tout ce que pouvait lui reproché la jeune femme, elle ne pouvait pas lui reprochait d'avoir un seul instant clamer haut et fort l'affirmation qu'elle était un mage noir, c'était resté purement et simplement des doutes qui persisteront sauf si elle arrivait à le convaincre. De plus, s'il n'avait plus eu de doute, c'est qu'il aurait eut de quoi la faire tomber, l'obliger à avouer qu'elle était bel et bien un mage noir lui valant un aller simple à Azkaban. Cela aurait été dommage, déjà parce que si c'était vrai, ils manquaient une possibilité de régler dans l'art des duels leur différents et de plus il la trouvait aussi intrigante que belle ne le laissant évidemment pas indifférent. C'était d'ailleurs sa grande faiblesse, les femmes. Il n'était pas forcément un Don Juan comme lors de sa jeunesse, mais il se faisait rapidement apprivoiser par les femmes ce qui ne lui avait pas valu que de bon souvenir. Faillit être tuer deux fois, une cicatrice sur le torse en souvenir ou encore séance de torture ses collègues aussi en avait bénéficier. Il était vrai que les femmes au pouvoir pouvaient être plus cruelle et redoutables que les hommes. Pourtant leur époque ne permettait pas encore totalement aux femme de démontraient tout leur potentiel aux hommes, les moldus en particulier, car dans le monde magique les choses étaient bien différentes. Les femmes, comme els hommes pouvaient avoir els même statut, les mêmes responsabilités et parfois même des femmes sorcier exerçaient des activités encore exercées en majorité par les hommes chez les moldus. Même si le professeur de défense contre les forces du mal rester réaliste, il croyait beaucoup en l’homme et faisait confiance aux moldus de continuer doucement, mais surement leurs ouvertures aux femmes. Il quitta un instant les yeux de Velislava pour regarder la bibliothèque, qui n’avait pas réellement réagit à ce qui se passait autour de la table à présent. Il fronça légèrement les sourcils soupçonnant la jeune femme d’avoir lancé un sort qui leur permettrait de discuter en tout tranquillité. Des méthodes particulières que Carter ne soutenait pas, il n’était pas quelqu’un qui défendait l’utilisation de la magie à tout bout de champs. Ils auraient très bien put sortir et choisir les couloirs ou la salle à manger pour continuer leur discussion. La pluie dehors ne semblait pas vouloir cesser, laissant paraître un peu plus une légère buée sur les vitres. Un nouvel éclair zébra le ciel suivit quelques seconde plus tard d’un léger râle de la part du ciel. Les yeux azur de Carter glissèrent de nouveau vers Velislava,

    « Je t’écoute, comment comptes tu t’y prendre pour lever les doutes qui me trottent dans la tête ? Demanda t-il un sourire mi malicieux, mi charmeur. Je reste fidèle à moi-même et difficile à convaincre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Dim 6 Sep - 10:21


    La demoiselle savait pertinemment qu’elle n’avait pas été d’une clarté extrême.Elle avait demandé a Carter d’ouvrir les yeux.Dur chose que d’ouvrir les yeux pour un homme.Ils avaient tous la particuliarité de voir que ce qu’ils ne voulaient.Pourtant l’auror se disait observateur,mais son coté homme reprenait le dessus.Elle avait de plus annoncé qu’il n’y avait pas que le fait que l’amitié lui était importante pour qu’elle se défende ainsi de lui.Et il y avait clairement quelquechose d’autre.Comme la jeune femme venait de le dire a son collègue,elle tenait réellement a l’amitié qu’elle avait instauré en début d’année dernière.Certes elle avait une drôle de façon de l’exprimer ;mais elle avait été on ne peut plus sincère.Plus d’une fois il lui était arrivé d’oublier que son interlocuteur était un auror,et plus d’une fois elle avait été réellement elle même avec lui,sans masque et sans méfiance.C’est peut être ce qui l’avait trahi d’ailleurs elle n’en savait rien.
    Toutefois , Velislava estimait que ce n’était pas a elle de dire ce que lui devait voir.Il le verrai s’il décide un jour de vouloir le voir.Et a voir la tête que Carter affichait,il n’était pas prêt de le voir.Il semblait complètement perdu dans le flou des paroles de la jeune femme.Il avait cependant profité de ce moment de pseudo faiblesse de la jeune femme pour lui demander a elle ce qu’elle pouvait faire pour retrouver l’amitié du jeune homme.Comme il devait s’en rendre compte,cela avait été un question assez dure et surtout très ingrate et hypocrite.Apres tout,ce n’est pas elle qui avait commencé a menacer son collègue,a le regarder comme un pestiféré.Elle avait tout de même répondu a sa demande car elle savait pertinemment que la situation ne gênait qu’elle.Elle lui avait meme répondu doucement et calmement, affichant un sourire naturel sur son visage.Les deux ne s’étaient pas quitté du regard,et Velislava n’était pas prête a le lâcher.

    Je suis curieux comment tu vas t'y prendre. J'accepte de te laisser cette possibilité. Le bénéfice du doute tu l'as depuis toujours, sinon nous n'aurions pas ce genre de conversation.

    Il n’avait pas tord.S’il avait eut plus que des doutes,il y a bien longtemps que cette conversation se serait transformée en une arrestation rapide et sans appel, la destinant a passer le reste de ces jours a Askaban.Mais elle aurait tout fait pour s’en échapper.Et elle aurait réussi,ou tout du moins l’espérait-elle.
    Velislava n’avait pas eut besoin d’utiliser son don,de toute façon inutile avec le jeune homme,pour comprendre que cette alternative aurait particulièrement déplu au jeune homme. Il espérait peut être un duel ;et la fierté de la jeune femme lui soufflait que c’était peut être aussi parce qu’elle lui plaisait un tout petit peu.
    Il avait sourit en disant tout cela,et la jeune femme avait failli lui rire au nez ;il lui faisait l’honneur d’accepter de lui donner cette possibilité.Non mais quoi encore !La jeune sibérienne laissa un sourire amusé prendre place sur ses lèvres avant de dégager doucement une mèche de cheveux qui lui tombait devant le visage.
    Elle n’avait encore rien répondu a son collègue,et ne comptait pas le faire.C’est a se moment la qu’il choisi de tourner légèrement la tête en fronçant les sourcils :les élèves ne réagissaient plus a ce que leurs professeurs faisaient.Elle sourit doucement et agita doucement sa baguette sous la table.Elle allait désenchanter les témoins de la scène au fur et a mesure.
    Enfin,Carter replongea son magnifique regard dans celui de Velislava qui se rapprocha de quelques centimètres.

    Je t’écoute, comment comptes tu t’y prendre pour lever les doutes qui me trottent dans la tête ? Je reste fidèle à moi-même et difficile à convaincre.

    La jeune femme pouffa doucement a ce qu’il venait de dire.Elle ne doutait pas une seule seconde que son collègue puisse être d’un enfer inimaginable a convaincre.D’un autre coté elle devait le faire.
    Il affichait un sourire mi amusé mi charmeur.La jeune femme lui repondit tout d’abord par un sourire et un regard charmeur a son tour.Elle leva doucement sa main de la table et l’approcha doucement de l’épaule de Carter.Avec délicatesse elle enleva la boulette de papier qu’un élève avait du lancer,et qui était tombée sur la veste de son collègue.En retirant sa main,elle frôla doucement le cou de celui-ci.

    Et bien…Je ne sais réellement. Je n’avais point imaginé que tu puisse accéder a ma requete…Mais il me semble que j’ai pas mal de travail si je veux y arriver. Elle fit une petite pause avant de reprendre plus doucement avec une voix plus douce encore. Mais dans cette histoire, je pense qu’il faudrait que tu me dises ce qui pourrait t’enlever ces odieux soupçons…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mar 8 Sep - 0:06

    Après sa remarque sur le fait qu'il était difficile de la convaincre. Ce qui n'était d'ailleurs pas une grande découverte, puisqu'il se caractérisait et ce tout le temps et partout, par le fait qu'il était une vraie tête de mule. Imperturbable par l'autorité, tout obstacle ou tout ce qui lui occupait l'esprit devait être surmonter ou régler. Peu importe le temps qu'il faudrait et ce qu'il faudra faire pour y parvenir. Il n'aimait pas ça, avoir des obstacles, des choses qui l'empêchaient d'avancer ou d'y voir plus clair. Il n'aimait pas non plus que ses supérieurs lui mettent des bâtons dans les roues lorsqu'il était auror. Le politiquement correcte n'avait pas réellement d'importance quand des vies en dépendaient. C'était quelque chose qu'il avait fait rapidement comprend partout autour de lui, il ne lâche pas l'affaire et le convaincre du contraire une fois qu'il avait une idée dans la tête était pas une mince à faire. Carter le savait très bien, il se connaissait trop bien, donc il prévenait les personnes qui voulait le convaincre du contraire aller avoir un peu de mal. Mais il pouvait toujours laisser une chance d'essayer de le convaincre, c'était quelqu'un qui s'était toujours montrer ouvert et prêt à changer d'avis. Il ne fallait pas toujours partir sur de bonnes bases, comme il ne fallait pas toujours s'en tenir à une première impression. La jeune femme avait donc laissé échapper un léger rire moqueur, elle savait pertinemment qu'il ne serait pas facile à convaincre. Elle lui rendit un sourire et un regard charmeur avant de lever sa main pour retirer une boulette en papier coincé dans sa veste. Il laissa un sourire amusé se dessinait sur ses lèvres, il connaissait le propriétaire de la boulette. Un nouveau frisson le parcouru lorsque la main de la jeune femme lui frôla le cou. Il leva un sourcil intrigué alors qu'elle lui répondait de nouveau,

    « Et bien…Je ne sais réellement. Je n’avais point imaginé que tu puisse accéder a ma requête…Mais il me semble que j’ai pas mal de travail si je veux y arriver.
    - Tu t'es trompé pour une fois.
    - Mais dans cette histoire, je pense qu’il faudrait que tu me dises ce qui pourrait t’enlever ces odieux soupçons… »

    Voilà une question qui à son tour n’était pas aisée à répondre. Le professeur leva un sourcil avant de finalement de se plonger dans une intense réflexion afin de trouver la réponse la plus approprié. Comment avait débuter ses doutes, c’était pas mal d’analyser la situation. Ses doutes étaient parvenus suite à des bruits de la part des élèves concernant des discussions sur la magie noire un peu plus poussée. Ces manières, mais aussi et particulièrement la manie qu’avait la jeune femme à tenter de pénétrer sa barrière. En tant qu’occlumens il avait donc cette faculté de protéger son esprit, la jeune femme, legilimens, avait plus d’une fois tenté de pénétrer sa barrière. Comme lui avait dit son père, même à force de cacher sa nature de mage noire nos pensées nous trahissaient. Carter ne lisait pas dans les pensées, mais a chaque fois que l’on essayait de pénétrer dans son esprit, il pouvait sentir la force de la magie. Et plus la jeune femme avait insisté, petit à petit Carter avait crut déceler une aurora de magie noire familière. Cependant, tous ces éléments avaient commencé doucement à changer son comportement envers la jeune femme. Petit à petit, il sentait qu’il y avait quelque chose derrière l’innocence qu’elle exprimée. Ses comportements à utiliser la magie pour des raisons absurdes, sa mauvaise habitude de lire sans arrêt les pensées des autres et faire des commentaires dessus. Durant les dernières petite vacances avant la fin de l’année il avait effectué des recherches un peu partout, peu de résultat, mais assez pour justifier sa méfiance envers la jeune femme. Après, les menaces et sous-entendus, c’était en particulier pour lever les doutes que ce sois sur le fait qu’elle soit un mage noir ou bien qu’il s’était fait des idées. Comment lever ses soupçon après tout ça, c’était une excellente question et il hésita un instant avant de répondre.

    « Sincèrement, une chose pour commencer, il se pencha vers elle plongeant son regard dans celui de la sibérienne. Arrête d’essayer de lire dans mes pensées. »

    Il l’avait pas dit de façon glaciale, mais avait fait bien comprendre que c’était en particulier ses différentes tentative qui lui avait mis la puce à l’oreille. Surtout que l’intervention de la jeune femme de pénétrer sa barrière était particulière, langue différente et aura de magie noire.

    « Ensuite, je suppose que j’ai aussi des efforts à effectué. Je suis le premier à avoir lancé les hostilités. Il lui adressa un léger sourire. On ne peut pas repartir à zéro, mais disons que l’on pourrait se donner une seconde chance. Qu’est-ce que tu en dis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mar 8 Sep - 9:47


    Velislava sourit en sentant le frisson qui parcourait une fois de plus le corps de Carter après qu’elle lui ai a peine frôler le cou. Bien évidemment,cela avait été une intervention délibérée.Elle observa le jeune homme lever un sourcil intrigué par son geste.
    La jeune femme sentait par les regards et l’habitude de Carter,qu’il allait être extrêmement difficile de le convaincre que la jeune sibérienne était aussi innocente qu’elle le paressait.Une fois de plus, la réputation de son collègue l’avait precede.Il se caractérisait un peu partout pour être une véritable tête de mule particulièrement borné.Toutefois,il était vrai qu’il se montrait ouvert et laissait une chance aux autres de le convaincre.
    C’est de ce trait la de caractère que la jeune femme allait utiliser.Elle aussi avait un pan de caractère assez utile dans cette situation ;elle était têtue et déterminée.Lorsqu’elle voulait quelque chose,elle faisait absolument tout ce qui était en son pouvoir pour l’obtenir ;et en règle générale,cela fonctionnait.

    {Il y a deux ans}
    Mademoiselle Velislava Williams s’il vous plaît.

    La jeune sibérienne cherchait l’homme qui l’attendait paisiblement dans son bureau depuis plus de quatre ans. Elle avait parcourut pratiquement la terre entière afin de le retrouver. Et elle y était enfin arrivée.Un sentiment de fierté l’habitait a cet instant précis.Elle poussa doucement la porte et entra dans l’immense cabinet de son oncle.L’homme la regarda avec étonnement, il ne s’attendait absolument pas a voir la fille de sa défunte sœur dans son bureau au beau milieu de l’Allemagne.

    Tu es le portrait de ta mère,a l’exception des yeux….Que fais-tu ici,je pensais avoir été clair avec ton père en disant que je ne voulais pas avoir affaire au meurtrier de ma sœur.
    Je ne suis pas mon père mon oncle…Et je suis ici pour que vous me parliez de ma mère.Cela fait quatre ans que je vous piste partout a travers le monde,vous ne pouvez me refuser cela.
    Et bien !Tu ne manques pas de détermination Velislava.

    (1870 dans la bibliothèque}
    La jeune femme se rappela de la dernière visite qu’elle avait effectué a son oncle.Elle s’en souvenait a chaque fois qu’une dure étape de détermination l’attendait.Convaincre Carter ne sera donc qu’un affrontement de caractère ;le gagnant étant celui qui n’aura pas craqué.Elle espérait bien être la plus coriace.

    Tu t'es trompé pour une fois.

    La jeune femme sourit doucement a son collègue en secouant négativement la tête. Elle s’était malheureusement plus d’un fois trompée ;beaucoup plus d’une fois,et elle continuait a s’en morde les doigts.
    La jeune femme avait retourné la situation.Ce n’était désormais plus a elle de répondre a une question délicate et difficile.Velislava vit les yeux de Carter se plonger dans la réflexion et dans les souvenirs.Elle attendit patiemment en essayant de deviner a quoi il pensait.
    Il se pencha finalement vers la jeune femme et plongea son regard dans celui de sa collègue.

    Sincèrement, une chose pour commencer. Arrête d’essayer de lire dans mes pensées.

    Pour une fois,il n’avait pas dit cela de manière glaciale,toutefois,elle avait parfaitement comprit le message. Étant occlumens,il devait sentir les différentiels types de magie qui essayaient de pénétrer dans son cerveau.
    La jeune femme leva un sourcil amusé et souffla.

    Promis,je ne le ferais plus…Mon incapacité a lire en toi me….frustre.Mais je n’y peut rien.

    Elle lui sourit doucement avant de plonger a son tour son regard envoutant dans celui de l’auror.

    Ensuite, je suppose que j’ai aussi des efforts à effectué. Je suis le premier à avoir lancé les hostilités. Il lui sourit doucement.On ne peut pas repartir à zéro, mais disons que l’on pourrait se donner une seconde chance. Qu’est-ce que tu en dis ?

    La jeune femme patienta quelques instants avant de sourire a son tour et te tendre doucement sa main a Carter

    J’essaierais de te montrer qui je suis réellement…Et tu verras que tu te trompes. Elle fit une légère pause. Ah oui….Si on pouvait éviter les menaces a l’avenir,je préfèrerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Ven 11 Sep - 15:34

    « Promis,je ne le ferais plus…Mon incapacité a lire en toi me….frustre.Mais je n’y peut rien.
    - C'est ce qu'on appel de l'occlumencie. Et s'il en faut si peu pour te frustré je me permet de trouver cela bien étrange. »

    Il avait dit cela d'une voix calme, sans menaces ou autre. Carter était occlumens depuis plus de onze ans à présent et bien qu'il savait que ça gênait la plupart des mage noir et en particulier ceux qui le recherchaient qu'il est cette capacité, personne d'autre sauf Velislava avait osé le lui dire de front ainsi. Il venait d'accepter de lever ses doutes sur la jeune femme donc il avait cette remarque comme cela, juste histoire de défendre l'existence de sa barrière mentale. De toute façon ce n'était pas pour se protéger d'elle, mais bel et bien de ceux qui le traquaient depuis onze années. Le professeur se redressa doucement sur son bureau et observa un instant la jeune femme avec un léger sourire. L'idée qu'elle était frustrée de ne pas lire dans ses pensées l'amusait aussi, parce qu'elle ne trouverait rien d'intéressant et d'un autre côté le jeune homme n'aimait pas trop l'idée qu'elle puis lire dans ses pensées donc en lui comme un livre ouvert. Cette manie qu'elle avait de lire, cela le dérangeait légèrement surtout qu'elle semblait rechercher quelque chose, enfin c'était peut-être une idée qu'il se faisait une fois de plus donc préférant ne pas insister.

    {Flashback}

    « L’occlumencie, c’est l’art de l’organisation de la pensée. C’est le seul moyen pour toi d’avoir la possibilité de quitter la Secte. Sache que en prenant cette décision tu passera le reste de ta vie traquer jusqu’à ce que ton exécuteur est raison de toi ou toi raison de lui. »

    Carter, assis en fasse de son père une jambe plié sur sa cuisse écoutait attentivement son père qui faisait les cents pas dans le petit salon. Ce lieu était un peu l’endroit où les deux hommes se retrouvaient quand le sorcier était plus jeune, il lisait énormément. Il avait toujours était très curieux, une qualité pour certain et d’autre le début de leur problèmes. Dans ce cas précis, la personne qui pour le moment avait des problèmes était Carter, suite à une découverte il avait décidé de rendre visite à son père, après une discussion sérieuse il accepta de débuter les cours d’occlumencie. Capacité à fermer les esprits. Ce n’était pas une pratique héréditaire, mais tout un art de l’organisation de la pensée qui nécessité un travail mentale sur sois important. Carter devait apprendre à le maîtriser le plus rapidement possible. Son père et lui avaient donc débuté aussitôt, car le processus était long et pour le moment les capacités du sorcier ne pouvaient cacher trop longtemps ses intentions aux yeux de ceux pour qui il défendait la cause. Au départ son père lui appris donc les bases essentiel, apprendre à faire le vide de sois, faire barrage aux souvenirs et sentiment d’attachement. Savoir caché son passer et son présent, rendre son esprit absent et illisible. Chose qui a première vue semblait grotesque aux yeux de Carter qui dans un esprit de bon sens et logique, et malgré le fait qu’il baignait dans un environnement magique, la possibilité de parvenir à cela lui échappait encore à cette époque. Il se redressa doucement sur son fauteuil et plongea son regard attentivement dans celui de son père,

    « Je sais tout ça. L’occlumencie a t-elle quelque chose de particulier à part être une barrière mentale contre les légilimens et sort noir permettant de situer une personne ?
    - Elle peu permettre de sentir le type de magie qui tente de pénétrer ta barrière. Il faut que tu sache que plus tu as de la force mentale, plus il sera difficile de la percer. C’est quelque chose d’essentiel par exemple pour lutter contre deux des trois sorts impardonnable. Enfin, le temps que tu arrives à ce niveau, il faut déjà au moins que tu puisse avoir une barrière mentale assez solide pour devenir invisible aux membres de la Secte.
    - Allons-y alors… »

    {Fin du Flashback}


    « J’essaierais de te montrer qui je suis réellement…Et tu verras que tu te trompes.
    - On verra... Répondit Carter peu convaincu.
    - Ah oui….Si on pouvait éviter les menaces a l’avenir,je préfèrerais.
    - C'est noté. Je tâcherais de faire attention. »

    Il ne promettait rien, il promettait rarement quelque chose, souvent il était aussi facile de briser des promesses que d'en faire. Carter avait pris l'habitude de refuser d'en faire, il se contenter d'affirmer, de dire, mais ne pas promettre, c'était quelqu'un qui n'aimait pas décevoir les gens. C'était quelque chose d'assez étrange surtout de sa part et de la façon dont avait évoluer sa relation avec Velislava, mais il n'aimait pas cela, décevoir. Pas de promesse, pas de déception. Par cela le sorcier avait pu parfois troubler des gens à dévier les promesses, mais il avait toujours respecté ce qu'il disait. Il pouvait être traité de tout, il était un homme d'honneur et de parole. L'auror fini par descendre du bureau se remettant sur ses deux pieds. Il n'était pas réputé pour être réellement bavard et à présnet qu'il s'était mis d'accord avec Velislava, il pensait pouvoir vaquer à ses recherches ne se voyant pas vraiment à discuter de leur vacances respective. Le temps ferait le reste et arrangerait surement leur relation, c'était leur but à tout les deux après tout. Arranger leur relation pour percé l'autre à jour.

    « Je ne vais pas t'importuner plus longtemps. Tu semblais en plein travail et j'ai moi même quelques recherches à effectuer. Il marqua une pause et regarda la sibérienne. A moins qu'il n'y ais autre chose dont tu voulais me parler ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Sam 12 Sep - 12:22


    C'est ce qu'on appel de l'occlumencie. Et s'il en faut si peu pour te frustré je me permet de trouver cela bien étrange.

    Même si Carter avait prononcé cette phrase d’une voix calme et posée, Velislava ressentit une ironie et cynisme profond dans les paroles de son collègue. Oui effectivement on appelait ca de l’occlumencie ;mais contrairement a la legilimencie, ce n’était qu’une barrière que l’on plaçait tout autours de son esprit. Barrière qu’il était bien évidemment possible de lever.
    Velislava avait plus d’une fois eut affaire a des occlumens lors de ses traques et de ses missions, mais tous, à un moment ou un autre, levaient leur barrière ne serait-ce qu’un minuscule instant ;et c’est toujours a ce moment la qu’elle les coinçait. Mais avec Carter ;c’était diffèrent, bien différent. Elle n’avait pas besoin de chercher a le lire les esprits pour sentir qu’une barrière était présente, et a tous moments la barrière de Carter était présente ;a aucun moment elle ne l’avait vu baisser sa garde. C’est plus cette raison la qui la frustrait et l’intriguait. Pour agir de telle sorte, il avait soit un secret immense a cacher, soit il se cachait lui même. En tentant de lire l’esprit de son collègue, elle ne cherchait donc pas a en savoir plus sur lui ou ne recherchait pas un petit détail en particulier ;elle essayait de comprendre le pourquoi de la chose.
    La sibérienne se doutait parfaitement qu’elle devait être une des rares, et peut être même la seule a avoir dit tout cela directement a Carter, mais elle n’en avait que faire.

    {25 ans plus tôt}
    Velislava n’y penses même pas !Si jamais je te vois roder a coté de mes livres de sorts avec ma baguette, crois moi, tu vas t’en souvenir.

    La petite fille avait tournés ses immenses yeux bleus vers son père. C’était la première fois que celui-ci usait de son don avec sa fille. Ou tout du moins, c’était la première fois qu’il lui montrait.

    Mais Père je n’ai rien dit…Et je n’ai rien fait !

    James c’était approché a grands pas les yeux menaçants. L’homme avait attrapé sa fille par la taille et l’avait assis sur sa cuisse, face a lui. L’enfant avait plongé son regard dans les yeux charbonneux de son père ;il allait lui raconter quelque chose, une de ses nombreuses aventures.

    Vel…Tu n’as pas besoin de dire ou de faire quelque chose pour que je sache que tu veux le faire…J’ai une sorte de don…On appelle ca de la legilimencie ; c’est le fait de pouvoir lire les esprits. Et normalement, si je l’ai, tu devrais l’avoir toi aussi ; mais tu ne t’en rendra compte que plus tard, quand tu seras déjà une jeune fille. James commença a caresser les cheveux de sa fille, jouant distraitement avec une de ses boucles.
    Je pourrais aussi lire dans les esprits de tout le monde et prévoir ce qu’ils vont faire ?!
    Oui…enfin…presque. Tu pourras voire a l’avance ce que les gens veulent faire ;tu verras leurs passé, leurs souvenirs ;leurs pensées les plus profondément cachées. Et avec un peu d’expérience et de d’entraînements, tu arriveras peut être a percevoir un bout de leur avenir. Les très bons legimens,ce que tu deviendras, arrive a pénétrer dans les esprits et y implantent des images, des pensées ;c’est un des meilleurs moyens de manipulation cérébrale, encore moins repérable que le sortilège d’imperium…
    Toutefois mon enfant
    -il posa son doigt sur le nez de sa fille ce n’est pas aussi simple !Certaine personne on énormément fait de devoirs, et arrivent a mettre un mur infranchissable entre leur esprit et les autres. Personne ne peut lire en eux, mais eux ;les petits vicieux, arrivent a percevoir des bribes de ta magie.
    Père ;lorsqu’on rentre dans l’esprit de quelqu’un, est-ce que ca le chatouille ?
    James sourit. Bien sûr que non, les gens qui ne peuvent pas fermer leur esprit ne ressentent rien du tout. Une dernière chose mon enfant…Lire les esprits n’est pas quelque chose que tu puisse parfaitement contrôler. Tu arriveras toujours a concentrer ta volonté sur quelqu’un,mais ce don est un don permanent ;si une personne pense trop fort, tu l’entendras, ton esprit sera en permanence plus ou moins connecté avec l’esprit des gens t’entourant.

    {1870 dans la bibliothèque.}
    Carter ne se rendait pas compte qu’être legilimens n’était pas un choix .Etre en permanence dans l’esprit des autres non plus.Velislava n’allait pas s’en plaindre,loin de la ;mais il était vrai qu’il lui arrivait des moments ou elle voudrait que cela cesse.

    On verra...

    Bien évidemment qu’il n’était pas convaincu des propos de la jeune femme.Mais celle-ci arrivera a lui faire changer d’avis.Tres vite ils redeviendraient tous deux a leur relation de l’année passée.Velislava secoua la tête et soupira doucement.Une fois de plus elle rêvait. Ou plutôt elle espérait ;de tout cœur ;que cela se passe ainsi.Se sentir menacé n’etait pas chose aisée a supporter tous les jours.

    C'est noté. Je tâcherais de faire attention.

    Il ne lui avait rien promis.Il avait de plus employé le conditionnel,signe évident qu’il allait encore en avoir quelques une,surement moins, de toujours presentes.La sibérienne fit une petite grimace avant d’hocher légèrement la tête et de balbutier un vague remerciement.Bien qu’extremement vague,la réponse de Carter avait un coté plus réaliste.Sans promesse,il n’y avait aucune déception ni aucune trahison.
    Le jeune homme descendit du bureau.La jeune femme suivit son mouvement avec envie.

    Je ne vais pas t'importuner plus longtemps. Tu semblais en plein travail et j'ai moi même quelques recherches à effectuer. A moins qu'il n'y ais autre chose dont tu voulais me parler ?

    Il regardait a présent Velislava droit dans les yeux.La jeune femme lui sourit et haussa rapidement les sourcils.

    Je ne voudrais surtout pas te retenir une seconde de plus Carter.Mais sache que tu ne m’importunes en absolument rien ;c’etait meme assez agréable de te parler.Mais tu as raison,le travail nous appelle. Elle se pencha légèrement,gardant toujours ses yeux rivés dans ceux de son collègue. Rien ne me vient a l’esprit pour l’instant ; mais je te préviens des que quelque chose me reviens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter J. Avery

avatar

Nombre de messages : 194
Pseudo : eveofdistraction.
Copyright : ©eveofdistraction.
Disponible RP ? : occupé.

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : occlumens.
Cat. Sorcellerie : Magie Rouge
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mar 15 Sep - 5:32

    Carter rester assez rarement aussi calme et immobile, leur entrevue ne durait pourtant qu'une bonne vingtaine de minutes, mais déjà sa soif de curiosité et de changer de sujet lui traverser l'esprit surtout, que comme il l'avait noté un peu plus tôt à lui-même il n'avait plus rien a raconter à la jeune femme. Il faisait cependant preuve d'un calme et une patience olympienne, typique que celle qu'il avait envers ses élèves, mais là c'était différent, il adorait avoir cours et c'était souvent là qu'il partageait ses connaissances. Au départ il était venu dans la bibliothèque pour réaliser des recherches le temps de son temps libre, pas pour discuter avec sa collègue de la pluie et du beau. Certes, il venait de cesser les hostilités afin de reprendre une relation normale, sans menaces, très bien, ça aller à l'auror, il n'effectuer pas ces menaces avec le plaisir, c'était plutôt pour la tester et finalement ça avait bien marcher, dans le sens qui ne l'accusait pas réellement. En échange, elle ne s'amuserait plus à essayer d'entrer dans ses pensées, de toute façon, il ne baissait pas ses gardes et ce depuis 11 années. Que ça lui fasse plaisir ou non, il n'en avait absolument rien à faire. Contrairement à ce que croyait la jeune femme, il ne se cachait pas de lui-même, un occlumens se retirer pas ses souvenirs comme on pouvait le faire avec une pensine, ses souvenirs et pensées étaient tous présent et intacte. Juste il ne laisser personne pénétrer ses pensées. Après, oui il cachait plusieurs choses, mais une fois de plus ça ne regardait que lui et l'idée que des légilimens pouvait lire ce genre de penser ça le dépasser. Aussi logique et compréhensif qu'il était, il ne pouvait pas croire un seul instant qu'on lisait par erreur les pensées des autres. Il sentit que sa première réponse frustra légèrement la jeune femme, elle avait sentie le léger cynisme de sa remarque. Mais tout de même admettre que ça la frustrait alors que c'était le but de l'occlumencie, qu'espérait-elle lire dans les pensées de l'auror. Il nota la légère grimace de la jeune femme après avoir dit qu'il tacherait d'éviter de faire des menaces à l'avenir. Il laissa un léger sourire se dessiner sur ses lèvres alors que la jeune femme esquisser aussi un sourire après un rapide haussement de sourcil,

    « Je ne voudrais surtout pas te retenir une seconde de plus Carter.Mais sache que tu ne m’importunes en absolument rien ;c’etait meme assez agréable de te parler. Mais tu as raison,le travail nous appelle. »

    Le professeur de défense contre les forces du mal laissa un léger sourire amusé se dessiner sur ses lèvres. Non seulement, il ne la dérangeait pas, mais en prime elle venait de dire que leur discussion leur avait été agréable. Deux semblant de compliment, qu'il prenait de façon amusé. Il se contenta de hocher la tête, il partageait son avis, leur conversation qui avait débuter assez froidement n'avait pas été forcément désagréable. Bien qu'il se méfiait de la belle sibérienne, il ne pouvait pas s'empêcher d'être à l'aise et bien en sa présence. C'était assez particulier comme situation qui finalement montrer une certaine contradiction dans ce qu'il voulait ou pas réellement. La jeune femme se pencha doucement vers lui ne quittant pas son regard et poursuivit,

    « Rien ne me vient a l’esprit pour l’instant ; mais je te préviens des que quelque chose me reviens.
    - Je suis certain que tu le feras. Répondit Carter qui s'était légèrement baisser vers elle lui adressant un sourire charmeur. Bonne journée Veslislava. »

    Sans plus de cérémonie, ce qui après tout n’était pas nécessaire à ce moment là. Le professeur de défense contre les forces du mal tourna les talons, se dirigeant vers la réserve. Cependant, il s’arrêta et rajouta d’une voix calme avec une légère note d’amusement.

    « N’oublie pas d’annuler l’assurdito. »

    Il se tourna doucement sa tête vers la jeune femme lui adressant un sourire malicieux avant de finalement disparaître derrière les imposantes étagères direction la réserve. Carter repensa à la discussion qu’il venait d’avoir avec la jeune femme, il y avait définitivement quelque chose qui l’intriguait, par forcément ce qu’il croyait être. Il avait toujours une préférence pour le mystère tout particulièrement quand ça entourait une femme. Curieux comme il était et se connaissant, il aller mettre le pied sur des plates bande où il n’est pas réellement le bienvenue. Dommage, mais c’était plus fort que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velislava Williams

avatar

Nombre de messages : 590
Pseudo : Gen
Copyright : ©Gennyshoo
Disponible RP ? : plus toujours plus

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Legilimens
Cat. Sorcellerie : Magie Noire
Mes relations :

MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   Mar 15 Sep - 19:26


    La jeune femme sondait le visage de son collègue depuis le début de l’entrevue. Elle n’avait pas tout le temps besoin de lire dans l’esprit de ses interlocuteurs pour savoir ce qu’ils pensent. Les yeux de Carter étaient particulièrement expressifs. La jeune femme sourit légèrement. Il avait envie de partir, de vaquer a ces occupations. Il n’était, sans aucun doute, pas venu a la bibliothèque afin de discuter de tout et surtout de rien avec une de ses collègue qu’il n’appréciait pas forcément. Le calme et la patience qu’il affichait sonnaient de plus en plus faux ce qui ne fit qu’amuser un peu plus Velislava.Tout du moins, cette conversation, s’apparentant semblait-il a une corvée pour le professeur de défenSe contre les forces du mal,avait abboutit a un compromis plus ou moins avantageux pour les deux. Carter repartait a peu près a zéro et laisserait une chance a sa collègue de lui démontrer qu’elle n’était pas un mage noir ; alors qu’elle, elle arrêtera d’essayer de lire son esprit.En quelque sorte,ils vannaient de traiter un pacte d’indifférence, chacun laissant l’autre tranquille.
    Lorsqu’elle lui avoua que sa présence ne la gênait pas, un sourire amusé naquit sur les lèvres du jeune homme. Elle venait effectivement de lui faire deux semblant de compliment, et sortant de sa bouche, s’étaient deux réels compliments. La jeune femme n’avait pas pour habitude de complimenter, elle félicitait, encourageait, mais faisait de très rare compliments. Toutefois, lorsqu’elle en faisait, son interlocuteur pouvait être certain qu’ils étaient sincères et sortaient généralement droit de son cœur. Et effectivement, leur conversation, qui avait tout pour prendre un chemin dangereux, avait finalement été instructive, constructive et plaisante. Contrairement a ce qu’il voulait bien dire, Carter,a chaque fois qu’ils se parlaient en adultes et non pas en adolescents, semblait détendu poussant parfois jusqu'à être bien, comme pouvaient le témoigner les frissons qu’il avait eut au contact de la demoiselle. Il se méfiait d’elle, mais bien au fond de lui,quelque chose l’empechait de réellement croire a ses doutes.Sinon,cela ferait bien longtemps que Velislava se serait retrouvé sur les bancs des aurors a être questionné.

    Je suis certain que tu le feras.Bonne journée Veslislava.

    Avant de dire cela, il s’était lui aussi légèrement rapproché d’elle,ce qui fit sourire Velislava.Le fait qu’il l’appelle par son prénom entier lui fit tout drôle.Il était très rare que quelqu’un s’embete a le prenomcé tel quel.Il était plus souvent raccourci. Elle ne put donc empêcher le frisson qui parcourut toute son echine et qui la fit grelotter quelques secondes.
    Sans plus un mot, le jeune homme s’éloigna en direction de la réserve. La sibérienne sourit avant de soupirer doucement,elle allait lui répondre lorsqu’il ajouta quelque chose sans prendre la peine de se retourner.

    N’oublie pas d’annuler l’assurdito.

    Il tourna la tête et lui fit un sourire malicieux auquel la jeune femme repondit par un clin d’œil.

    Bonne journée Carter !

    La jeune femme acheva d’annuler l’asurdito qui ne frappait plus que quelques personnes dans la salle avant de replonger son nez dans ses livres. Après plusieurs minutes,elle ferma les yeux et pouffa en repensant a la conversation qu’elle venait d’avoir.Elle ne savait pourquoi,mais elle sentait que les investigations de Carter redoubleraient, et comme auparavant, il ne trouverais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Come Josephine in My flying Machine {R}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Come Josephine in My flying Machine {R}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inside.the.darkness™ :: POUDLARD.INC :: Quatrième étage :: . La Bibliothèque -