AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Un vendredi soir [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Elena S. Mariegli

avatar

Nombre de messages : 55
Pseudo : Calypso
Copyright : Calypso
Disponible RP ? : Ouiii !

Mon Dossier Scolaire
Aptitude/Particularité : Apprenti Auror
Cat. Sorcellerie : Magie Blanche
Mes relations :

MessageSujet: Un vendredi soir [libre]   Ven 13 Nov - 20:36

    [Si vous avez envie de poster avec moi... ^^ Ouvert à tous ! ]

    Quel est le plus bel instant d'une semaine ? De la semaine la plus banale, attention. Le vendredi soir. C'est certain. C'est évident. Tout le monde s'accorde pour le dire. Élève, professeur, et autres membres du personnel éducatif. Le vendredi soir est le moment le plus attendu de la semaine. Le vendredi soir est une fin. C'est une semaine qui s'achève, une période de repos qui s'annonce. Deux jours, ce n'est pas grand chose, direz vous, mais c'est déjà énorme quand on travaille autant, aussi rigoureusement qu'un élève qui souhaite réussir ses études. Ou qu'un professeur qui, pour se permettre d'exiger le mieux de ses étudiants, se doit d'être irréprochable dans son travail personnel. Des cours nets, structurés, précis. Concis. Clairs. Des devoirs corrigés, rendus en temps et en heure, voire plus tôt. Des cours particuliers offerts gracieusement à des élèves demandeurs ou en ayant besoin. Qui a dit qu'être professeur était un métier de paresseux ? Qui aime ce qu'il fait le bien. Le fait intensément. Elena Sacha Mariegli était ce genre de professeur. Le bien être de tous ces jeunes gens qu'elle avait dans sa classe quarante heures par semaine passaient avant le sien. Mais tout étant lié, voir ses élèves heureux suffisaient à un bonheur qui se voulait simple et tranquille. Elena en attendait beaucoup de tout le monde, mais permettait à tous d'atteindre cette perfection qu'elle souhaitait.

    Alors elle travaillait. Elle prenait du plaisir et du bon temps dans ce travail qui ne cessait de la surprendre et de la ravir. Mais il s'agissait malgré tout de travail. Et qui disait labeur disait sueur. Fatigue. Et le vendredi soir, Elena était fatiguée. La tension de sa semaine retombait enfin. Elle ne pensait plus à la montagne de copies qui l'attendait sur son bureau. Elle ne pensait plus aux problèmes de synchronisation d'une jeune deuxième année qui trainait ce défaut depuis trop longtemps. C'était l'instant de la semaine où elle pensait à elle. Elle pensait à ce qu'elle était, ce qu'elle serait. Elle voyait sa vie de jeune fille, de jeune femme qui se profilait devant elle.
    Elle soupirait.
    Elle commençait à voir ce qu'elle ne supportait plus.
    Un lit blanc. Un corps presque mort. Des yeux vides.

    Oui, le vendredi soir était un bel instant. Mais tout ce qui était beau n'était pas forcément agréable.
    Consciencieusement, Elena fit jouer la clenche de la porte de son bureau pour s'assurer qu'il était bien fermé et que personne ne puisse s'aviser d'y pénétrer. Non pas que de précieux secrets puissent y être cachés, mais elle n'appréciait pas qu'on puisse fouiner dans ses affaires aussi aisément. Découvrir ce qu'elle dissimulait, ou même ce qu'elle ne dissimulait pas, devait se mériter un minimum. Quoiqu'il en soit, les seules images qu'elle tenait à garder réellement pour elle appartenaient à un petit trou de son cœur, et il était impossible de les en sortir. Elena avait cependant découvert récemment que seuls ses rêves semblaient avoir cette capacité, cette faculté de faire ressortir tout le désagréable d'une vie, et de le tourner de la manière la plus affreuse qui soit.
    Peut être devenait elle folle. Peut être devrait elle se résoudre à consulter.
    Elle haussa les épaules. Peu importait.

    C'était vendredi soir, elle avait besoin de se détendre. C'était l'instant festif de la semaine. Elle devait en profiter. Elle secoua doucement la tête pour se remettre les idées en place et changer de mentalité, et pris le chemin de la salle des professeurs d'un pas allègre, sinon léger. Il n'y avait pas beaucoup à traverser pour aller de la salle de Métamorphose à la salle des Professeurs, et c'était bien avantage de ce bureau, et la malédiction des élèves. Quand elle oubliait quelque chose, ce qui était assez fréquent pour être amusant, elle pouvait rapidement aller le chercher, et personne n'avait eu le temps de se dissiper et de se déconcentrer qu'elle était déjà revenue. Elle en souriait intérieurement.
    Alors qu'elle effectuait lestement les quelques pas qui la séparait de son but, elle croisa quelques uns de ses élèves. Certains ne la regardèrent même pas, mais d'autres lui firent de grands sourires auxquels elle répondit avec en train. Son cœur se réchauffa. Elle se sentait bien, parfaitement à sa place.
    Elle prit le temps de s'arrêter une à deux fois pour échanger quelques mots, félicitant quelqu'un d'une bonne note en DCFM, répondant qu'elle n'aurait surement pas le temps à un autre qui lui avait proposé une partie de bavboules durant le week end qui s'annonçait. Ce n'était rien, ils remettraient à une autre fois. Elena songea que la sortie à Pré-au-Lard était prévue pour la semaine suivante, et elle en frémit d'impatience, comme une jeune étudiante.
    Certes, elle avait le droit, en tant que professeur, de sortir de l'enceinte du château quand elle le souhaitait. Mais ce n'était pas la même chose que d'être seule ou avec quelques autres collègues que de sortir avec ses élèves ou de les croiser au détour d'une boutique, ou autour d'une bierraubeurre, pour discuter de ce qu'ils avaient vu, acheté... Il était toujours très amusant d'observer les visages stupéfaits et ravis des première année qui découvrait le spectacle enchanté qu'offrait ce petit village exclusivement magique, le seul de Grande Bretagne.
    Parfois, on lui posait des questions sur la mise en place de tel ou tel procédé magique qui permettait la conception de tel bonbon extraordinaire ou de tel farce impressionnante.

    Elena adorait tout cela. Elle adorait son métier. Et elle adorait en faire part autour d'elle, avec les autres professeurs, qui, dans l'ensemble, partageait son enthousiasme.
    Elle saluait un dernier jeune garçon et rentra dans la grande salle fraiche qui était réservée à l'ensemble du personnel éducatif. Quelques autres enseignants discutaient ou lisaient. Une atmosphère chaleureuse et calme baignait les murs, la longue table de bois sombres, les quelques fauteuils recouverts de velours, et les étagères pleines de livres et d'autres objets étonnants qui longeaient les fenêtres. On pouvait voir le parc et l'orée de la forêt.
    Inconsciemment, Elena sourit. Elle salua joyeusement ses collègues, et s'approcha d'une bouilloire qui fumait d'elle même.
    Elle prit son mug et se servit une tasse d'eau brulante. Elle souffla sur le fumet qui lui réchauffait le bout de son nez et s'installa près d'une fenêtre, observant les nuages paresseux qui gonflaient le ciel.
    Elle se sentait bien.

    On toussota à son oreille, et, reconnaissant immédiatement à qui elle avait à faire, se retourna.

_________________

Elena S. Mariegli
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un vendredi soir [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inside.the.darkness™ :: POUDLARD.INC :: Rez-de-chaussée :: . Salle des professeurs -